Le charme de l’Arnacœur

24 Sep

Grand, brun, musclé sans trop en faire, des fossettes craquantes, toujours le sourire aux lèvres, et l’air hors d’atteinte, tout ce qui m’attire indéniablement. Un faux côté ingénieur, smart, sans pour autant te vanter et prendre des attitudes désagréables. Parce qu’à côté, Romain Duris ne fait pas le poids.

Me faire la bise quand tu me croises, plaisanter quelques secondes, puis finir sur une boutade et retourner chacun à son open-space.

Parce que tu n’as même pas du me remarquer autrement qu’en tant que collègue rencontrée en séminaire.

Alors que la simple vision de ton dos, le sourire quand tu me salues, et les quelques paroles échangées, me donnent l’envie de te sauter dessus. A chaque fois, sans exceptions. Un sentiment très basique, voir animal, que je ne me connais que rarement. L’envie que tu me proposes de prendre un verre, de discuter un peu de tes nombreux voyages, de te faire découvrir l’autre côté de mon image de poupée-sage-et-polie. Je me découvre des envies de corps-à-corps, formellement interdits. Parce qu’encore une fois, j’ai craqué sur un homme pris. Parce qu’en quelques phrases échangées lors de la formation, j’ai compris que tu avais quelqu’un (vacances, copine, longue distance, long terme. CQFD)

Au final, ça ne m’étonne pas. C’était la suite logique.

1)       Tu es bien, donc tu es pris. (vieil adage, encore une fois démontré)

2)       J’ai un créneau dans mes coups de cœur, les hommes déjà pris. Comme un sixième sens, je m’entiche toujours de ceux que je ne peux avoir, et je découvre ensuite qu’ils sont chasse gardée.

3)       Je ne vois qu’une solution : quitte-la, je t’attends. (non tu n’as pas d’autre choix 🙂

9 Réponses to “Le charme de l’Arnacœur”

  1. Lolilol 24 septembre 2010 à 11:16 #

    « J’ai craqué sur un homme pris ».

    SO FUCKING WHAT DORA… Arrête d’être une victime de la vie, change de place dans le grand métro du karma, bref démaque le bonhomme. Yes, you can.

    • leblogdefilles 24 septembre 2010 à 15:54 #

      Et un coup de pied au cul, ouch.
      Ma dernière tentative de démaquage a duré 22 mois. Avec un échec au bout.
      Des conseils, coach-lolilol?

  2. Lolilol 24 septembre 2010 à 17:37 #

    Pré-requis :

    Tu mets de côté ta basse estime de toi. Tu sais, cette attitude qui te condamne systématiquement à te retrouver dans des positions de faiblesse à la con. En clair : ne laisse pas tes névroses te dicter ta stratégie (« j’espère bien que », « je rêve que », « si seulement il pouvait… ») On a jamais vu un mec récompenser une fille d’un amour infini pour s’être laissée aller à accepter l’inacceptable. NEVER GONNA HAPPEN. Donc si tu veux ferrer et tenir un mec, décentre toi et exploite ses faiblesses (son égo, sa fierté et sa quéquette) à ton avantage.

    Etape 1 : Tu te fais repérer. Débrouille-toi pour qu’il te calcule : sois bonasse, bien habillée, soignée, drôle et bien entourée : une fille dont on apprécie et surtout dont on recherche la compagnie.

    Etape 2 : Tu entres dans sa tête. Pour ça, c’est impératif, il faut que tu sois inaccessible sexuellement à bref et moyenne échéance. En t’appuyant sur l’imagination lubrique du mec et en participant à sa frustration, tu mets en place une logique de respect et de dépendance, tu façonnes l’image qu’il se crée de toi et joue avec son désir.

    Etape 3 : Tu plombes la concurrence. Je te vois venir : tu crois que suffit de se la jouer biatche et le tour sera joué? Et ben non, paf, tout le contraire. Tenter de dénigrer la meuf ou attendre qu’elle déconne, c’est soit trop risqué, soit trop irréaliste. Si tu ne peux pas changer les choses dans l’absolu, opte pour le relatif : invite le mec à comparer de lui même. Pour cela, il faut que tu sois bonheur, légèreté, assurance et problem-free. Ca te parait dur ? Détrompe toi, tu sais faire, tu le faisais bien quand il s’agissait de cacher aux tortionnaires, qui t’ont servi d’ex petits copains, tes moments de bad malgré tout le mal qu’ils te faisaient subir. Sauf que cette fois, le camouflage de tes soucis persos n’a pas pour but de t’éviter un rejet mais d’influer sur le regard que le mec porte sur celle avec qui il était, jusqu’à récemment, convaincu de faire sa vie. Lentement mais surement, il doit commencer à trouver sa chère et tendre, reloue puis carrément insuppportable par rapport à toi qui est toujours si attirante, si excitante et tellement plus agréable.

    Le gain du jeu ne réside pas dans la naissance du désir pour toi (c’est un mec, il peut désirer très vite) mais dans la mort du désir pour son actuelle.

    Game on now, bitch, bring us back some WIN!

    • leblogdefilles 24 septembre 2010 à 17:59 #

      Une vraie leçon en 3 points, expérience vécue?
      J’avais mis toutes ces étapes en application, et ça avait marché, il est venu et resté, mais sans jamais quitter l’autre. J’ai lâché prise, le fierté ne tient pas indéfiniment le coup.

      Je vais jouer la carte « exception » sur ma dernière tentative, parce que tu es convaincante.
      Same player shoots again!

  3. Lolilol 24 septembre 2010 à 18:26 #

    Détrompe-toi, je suis un homme et donc, à ce titre, passible de haute trahison à mon genre pour mon petit tutorial de male-engineering.

    « J’ai lâché prise, le fierté ne tient pas indéfiniment le coup. »

    Je ne comprends pas ta phrase. Fierté parce que tu en avais marre d’être la 5e roue du carrosse ou fierté parce que pour toi, ne pas coucher équivaut à ça ce qui voudrait dire que tu as fini par céder à ses avances ?

    La clé, je le répète, c’est de se mettre à sa place (les bonnes joueuses y arrivent) et puis de tuer la concurrence (à ce niveau de perf, on ne trouve que les meilleures).

    Pour ce qui est de ton antécédent, de deux choses l’une, soit tu n’y es pas parvenue et ça ça peut s’améliorer avec plus de rigueur dans ton jeu. Soit le mec était plus sociopathe que toi, et là y a rien à faire, c’est un bad beat.

    • leblogdefilles 24 septembre 2010 à 19:24 #

      Etre la 3ème roue du vélo au black, ça joue forcément sur ton ego. Parce que tu passes en 2ème, et que tu en prends plein les dents…

      On va dire qu’il est sociopathe, et on retente le coup avec un autre!

  4. Lolilol 24 septembre 2010 à 19:42 #

    Après on est tous les deux d’accord que t’es pas obligée de chercher le niveau de difficulté maximum à chaque fois, hein.

    Alterne mec prenable (donc physiquement ok mais idéaliste, peu sur de lui et phobique de l’abandon) et mec au top de son jeu (donc beau gosse, maqué, avec un gros mojo), histoire de recharger les batteries de ton amour propre de temps en temps. Ca lui fera pas de mal, tu verras. Et puis surtout, cesse d’être la victime, deviens le bourreau. Tu sais déjà faire avec toi-même, défoule-toi sur les autres. Après tout, chacun sa merde.

    • Diana 24 septembre 2010 à 23:41 #

      Putain, j’espère que j’aurais autant de conseils dans mon prochain post.

  5. Wiseman 2 mars 2011 à 11:13 #

    pourquoi ne pas aller le chercher ou lui dire avouer etc…? le seul risque? être la 3iéme du carrosse… ou se prendre un vent, mais ça c’est pas grave ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :