Zappez le clito (parfois ça s’impose)

28 Juin

Il y a quelques jours, une campagne féministe nous invitait à oser le clito. La belle affaire ! En me penchant un peu plus, c’est le cas de le dire,  sur le propos du message, j’ai  eu le vague sentiment d’avoir à faire à une vieille propagande destinée à libérer nos mères, ou nos grand-mères, pour les plus jeunes d’entre nous, datant des années 70, le tout gratifié d’un visuel qui me faisait plus penser à la boite de spécial K®  qu’à un sexe féminin…

Je ne m’attarderai pas sur le fait qu’il existe (malheureusement) encore dans le monde, des femmes qui subissent l’excision privées par la même de plaisir, et certainement aussi encore des hommes qui ignorent  que le clitoris n’est pas un insecte rampant de l’Asie du sud Est, mais merde, c’est quand même pas la majorité ! Pour ma part, je pense qu’il existe plus de mecs qui s’en occupent comme des sagouins, que d’individus qui ignorent la fonction plaisir de cette partie toute féminine de notre anatomie. Alors « Osez le clito si vous voulez, mais ne vous forcez pas surtout ».

Quitte à me mettre une tripotée de féministes à dos, le cunnilingus n’est pas OBLIGATOIRE. Évidemment, lorsqu’il est fait avec cœur et maestria, c’est la cerise sur le gâteau, mais il n’y rien de pire qu’un homme qui le fait pour « faire plaisir » et dont le laper est proche de celui d’un mangeur de soupe de nouilles, dont la langue vient s’insinuer lourdement dans chaque recoin de notre vulve et donne la vague impression de se faire nettoyer… ou de celui qui nous goute du bout des lèvres comme si notre chatte allait le mordre, ou de l’autre qui n’écoute pas le rythme que l’on suggère avec notre bassin, aspire le tout comme une sangsue et confond nos petits cris de douleur avec des gémissements de plaisir…

Bien sur on pourrait leur expliquer gentiment comment ça marche, mais quand on n’investit pas dans une relation à moyen ou long terme et que l’amant en question a plus de 30 ans, on manque de patience… l’altruisme féminin a ses limites.

Si le plaisir que peut procurer le fait de plonger votre langue au plus profond de notre intimité, de sentir notre clitoris gonfler entre vos lèvres, de sentir vibrer notre corps tout entier à chaque changement de rythme de vos doigts qui s’immiscent tandis que votre bouche stimule le divin petit bouton vous laisse de marbre, abstenez vous de grâce !  Il existe des amants aux doigts de fée qui font plus de merveilles qu’un brouteur médiocre.

Comme j’estime que tout acte sexuel ne peut être épanouissant que s’il est consenti, et même pleinement désiré de part et d’autre, je refuse ces diktats débiles qui culpabilisent une femme qui ne trouve pas de plaisir dans la fellation, ou stigmatisent un mec qui n’apprécie pas plus que ça de descendre à la cave. Le principal est de savoir donner du plaisir à l’autre d’une manière ou d’une autre et comme disait Alfred : « Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse. »

J’aime à penser qu’on a tous une botte secrète, un domaine de prédilection sensuel dans lequel on excelle. Et si ce n’est pas le cas, il restera toujours les jeux vidéo pour les acharnés de la gâchette.

19 Réponses to “Zappez le clito (parfois ça s’impose)”

  1. merdocu 28 juin 2011 à 16:42 #

    « je refuse ces diktats débiles qui culpabilisent une femme qui ne trouve pas de plaisir dans la fellation »….moi, au contraire, je les encourage…si on vous fait pas culpabiliser un peu on est pas rendu.

    Faudrait demander une campagne à Séguéla: « si a trente ans tu t’éclates pas a faire des pipes…t’as raté ta vie! » ca ferait un beau slogan.

    • marlasemarre 28 juin 2011 à 17:08 #

      Cy ! Enfin ! Même si tu te rendais insupportablement misogyne, je ne te trouverais pas crédible… Je te souhaite de bonnes fellations futures en tout cas !

  2. Mademoizelle Geekette 28 juin 2011 à 20:34 #

    +1!! Rien de pire que le mec qui te laboure le clito et qui ne différencie pas le cri de douleur du gémissement de plaisir, et qui, en plus, te demande si tu as aimé.

    • marlasemarre 28 juin 2011 à 20:47 #

      C’est bien quand ils demandent, au moins tu peux leur dire là où le bât blesse… C’est l’absence de doute qui est compliquée à gérer, tu ne crois pas ?

  3. JB 28 juin 2011 à 22:12 #

    Ca me donne envie de bouffer de la chatte ce joli texte !

    Quelques conseils peut être pour parfaire notre technique ?

    • marlasemarre 28 juin 2011 à 22:34 #

      Comme c’est joliment dit JB ! Des conseils, voyons… Déjà faire exactement le contraire de ce qui est dit dans le texte , et essayer de te mettre au diapason avec ton amante, l’écouter, la sentir, te caler à son rythme. Mais je n’ai rien de très personnel à te livrer, c’est in situ que tu trouveras les clés, si tu aimes vraiment ça, tu sauras développer une écoute qui te rendra meilleur chaque fois. Tu laisseras un billet de 20 en sortant ? Merci 😉

  4. Jim de vousfairehurler.fr 29 juin 2011 à 03:55 #

    Ha mais putain oui une boite de Special K! Elle me faisait penser a quelque chose cette affiche mais je ne n’arrivais pas a mettre un nom dessus.
    Sinon je suis completement d’accord avec l’article. Je tenais a le dire.

    Et +1 pour JB 🙂 C’est vrai que ca donne envie de bouffer de la chatte.

    • marlasemarre 29 juin 2011 à 10:35 #

      Ça faisait un bail que je ne t’avais pas lu Jim. Reviens quand tu veux pour ce genre de commentaire !

  5. Gentil Salaud 29 juin 2011 à 16:16 #

    J’imagine que ces pratiques étranges ça doit être des mecs qui ont googlé « comment bien lécher ». Plus t’appliques une technique moins ça marche, le cunni c’est de l’art pas de la science.
    C’est lors d’une soirée filles (avec moi, oui), que j’ai compris que j’étais un écouteur/ressenteur de corps. Le vrai secret c’est l’impro en fonction de la meuf, pas la récitation d’une espèce de recette.

    Faut que tout le monde arrête de se forcer sérieux c’est ridicule. Le plus grave cas de nos jours ça reste l’avalage, genre tu fais pas t’as un balai dans le cul. Non, en vrai les mecs ne bandent pas 2h pour s’enfiler 17 suédoises, non les meufs ne s’enfilent pas deux bites a la fois tous les soirs.

    J’ai de moins en moins l’impression que ces évidences en sont pour tout le monde.

    • marlasemarre 29 juin 2011 à 17:44 #

      Merci pour ton commentaire fort judicieux. C’est en résumé ce que j’ai répondu à JB, pas de technique, de l’envie d’abord, de l’écoute ensuite et de la générosité (de l’amour même parfois !). Je ne sais pas si « l’avalage de sperme » est le pire, mais oui la surenchère juste pour avoir l’air « cool » c’est triste, savoir dire non parfois c’est difficile, ça vient avec le caractère et l’affirmation d’une sexualité personnelle et choisie.

  6. malice 30 juin 2011 à 19:41 #

    Tellement parfait !

    • marlasemarre 30 juin 2011 à 19:48 #

      N’en jette plus, c’est trop 🙂

  7. redhoodintothewild 2 juillet 2011 à 11:06 #

    J’adore l’idée de la « botte secrète »!
    Mais j’aurai quand même de l’indulgence pour la gent masculine qui ne maîtrise pas encore les subtilités du cuni&cie : ça peut déjà prendre du temps de connaître son corps et son plaisir en tant que fille, alors…

    • marlasemarre 2 juillet 2011 à 11:21 #

      J’ai de l’indulgence pour le maladroit plein de bonne volonté qui ne demande qu’à apprendre mais moins pour celui qui se force et fait ça parce qu’il pense que c’est un passage obligé et du coup salope ce qui devrait être du plaisir à l’état pur…

  8. Sébastien 15 juillet 2011 à 17:34 #

    Une pratique sexuelle sans amour, sans adoration pour l’autre n’a de toute façon aucun intérêt. C’est à offrir avec passion, délice et envie. Et sentir l’autre danser de plaisir est un plaisir merveilleux…

    • marlasemarre 15 juillet 2011 à 19:38 #

      Je suis complètement d’accord avec toi, rien ne vaut le sexe avec amour, cependant le sexe peut être délicieux avec un(e) amant(e) qui aime ça tout simplement, pour la beauté du jeu, avec générosité et aussi une complicité qui s’installe simplement dans la sensualité et dans l’alchimie des corps et des peaux.

    • Gentil Salaud 17 juillet 2011 à 04:16 #

      Je tiens à dire: Bullshit. C’est pas parce que tu lui écris pas un poème accompagné au violon que ça aura aucun intérêt. Ton envolée lyrique m’a fait voyager dans les années 30.
      Laisse les autres avoir le cul qu’ils veulent, et en retour ils devraient te laisser lécher à ta manière, peut-être en la trouvant cul cul love mais en la respectant.

  9. Sébastien 17 juillet 2011 à 13:41 #

    « Laisse », mais je n’ordonne rien à personne : l’emploie prononcé du « je » dans ma façon d’écrire me semble pourtant clair et propre à ma personne. Qu’est-ce que ça peut te faire ce que j’écris ? Rien. Ensuite je n’écris pas pour avoir « en retour ». Alors évite de faire le donneur de leçon avec quelqu’un que tu ne connais pas. Non mais.

    • Gentil Salaud 18 juillet 2011 à 05:11 #

      « Une pratique sexuelle sans amour, sans adoration pour l’autre n’a de toute façon aucun intérêt. C’est à offrir avec passion, délice et envie. Et sentir l’autre danser de plaisir est un plaisir merveilleux… »

      Tu m’excuseras de n’avoir pas su voir l’emploi du « Je ». C’est justement l’impression de recevoir une lecon qui m’a fait repondre, on est donc d’accord sur le fond.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :