Archive | mai, 2013

La boulangère vous a vus sur Xhamster

18 Mai

« En mai fait ce qu’il te plait » dit le dicton, alors comme le temps ne se prête pas à courir toute nue dans la forêt de Saint Cloud, j’ai passé mon après midi à mater du porn en ligne. Ne faites pas les outrés, si vous êtes passés par ici c’est que vous êtes aussi des petits obsédés…

Je dois avouer un truc, le porn est arrivé assez tardivement dans ma vie, et je crois que c’est parce que ce sont mes amants les plus intellos qui m’y ont amenée que je me suis laissé faire. Peut-être que les autres n’assumaient pas, mais c’est un fait. Finalement je suis assez contente d’avoir découvert ça des années après avoir déjà pleinement apprécié le sexe.

Donc depuis deux ans, j’en consomme avec plaisir, et même à certaines périodes sous forme de crises de boulimie : la plupart du temps seule et jusqu’à l’écœurement. Bizarrement je n’aime pas cette nouvelle vague de films très « léchés », avec des acteurs à peine pubères, certes beaux mais lisses, de cette fadeur qui me rappelle les heures sombres du film érotique de M6 le dimanche soir. J’aime que ça soit sale… Oui c’est comme ça.

Certes je me suis pâmée devant « Malice in Lalaland », un film un peu ovni avec des relents lynchiens mais rien ne m’excite plus pour finir que les vidéos amateurs avec de vrais gens.  Et petit détail, j’aime traquer le vrai désir, le vrai plaisir. Rien ne m’émeut plus même si les protagonistes ont un peu le ventre gras ou les seins qui tombent. Pourtant cet après midi, alors que je m’étais destinée à un film allemand très sombre, je suis allée errer sur un site X et entre quelques visionnages et autres tripotages (oui je ne mate pas du porn pour faire une analyse pointue de l’état des lieux de l’épilation féminine en milieu rural), j’ai fait un constat qui m’a un peu attristée.

Si la production pornographique pro a décomplexé pas mal de gens, est-ce une raison pour en reproduire les mêmes scènes et les mêmes codes dans leurs vidéos amateurs ? Je m’étonne toujours de ce manque d’imagination qui consiste à tringler comme des sauvages des filles qui ont l’air de s’emmerder à dix sous de l’heure et de finir immanquablement par une éjaculation faciale. Comme si au lieu d’avoir libéré les gens, le cinéma porno leur avait donné un mode d’emploi ou des règles immuables, bref un carcan plus ou moins normatif. De même, moi qui suis une amoureuse des mots crus sur la scène du crime, je m’étonne toujours de la pauvreté du vocabulaire. « Sale pute » et « tu aimes ça grosse chienne » devraient être des expressions reléguées aux oubliettes des heures de gloire de Dorcel.

Je peux comprendre en tombant sur ce genre de scènes qui sont finalement des remakes cheap des productions disponibles sur le marché, qu’on préfère à Christine et Jean Jacques l’étreinte musclée et plastique de James Deen et Ricki White (T’as vu, j’étale ma culture ! )

Autre réflexion que je me faisais après mon deuxième orgasme et lorsque mon cerveau était revenu à une température à peu près normale : jusqu’à quel point ces vidéos n’étaient pas un marché de dupes. Je m’explique. Je note que souvent, le visage des femmes est exposé et rarement celui de leur partenaire. Je veux bien croire que ces filles soient le plus souvent consentantes pour être filmées (« Allez minouche, ça nous fera un souvenir quand le film du dimanche soir sera pourri ») mais pour être exhibées sur le net, j’ai quelques doutes. Et dans ce cas, pourquoi les hommes ont souvent le visage masqué, par un loup ou un floutage grossier, ou systématiquement la tête hors cadre ? Est-ce à dire encore une fois que dans ce genre de délire, c’est encore la femme qui est le dindon de la farce ? Attention, je m’interroge, j’imagine bien qu’il y en a certaines qui ont l’exhibitionnisme en deuxième nature. Mais donner à voir ainsi son visage au risque de se faire griller par la boulangère (Si, je regrette je suis sûre que ma boulangère mate AUSSI du porno) me laisse circonspecte.

Par exemple récemment j’ai eu le droit à une sorte de « happening » d’un type qui faisait entrer son voisin pour baiser sa femme au réveil. Il le prévenait : « Bon vas-y, tu montes et tu fais ce que tu veux, elle se réveille donc elle est pas habillée, elle est pas maquillée… ».  Raymonde (je l’appelle Raymonde, parce qu’elle avait une tête à s’appeler comme ça) se réveillait en effet, l’air ravi de trouver « voisin » prêt à l’embrocher malgré son haleine du matin et sa chemise de nuit chair mais le pire restait à venir : Les commentaires de son mari : « Va pas trop profond quand même, comme elle a été opérée… » (sic).

Bref je l’accorde, la vidéo amateur réserve des surprises parfois douteuses. Mais souvent au détour d’un clic on découvre le graal, une image pas trop pourrie avec des protagonistes qui font preuve d’imagination sur le carrelage de la cuisine, où la fille prend son pied comme une bête, où ça sent la vérité et on voudrait presque être à leur place. Presque…