Archive by Author

Oh! Holy Holidays.

11 Déc

Ce soir, sous l’emprise de Zolpidem (j’ai remarqué que ma verve était plus pêchue avec) j’ai décidé de faire un post girly creepy happy.  I’M SO FINE. Si seulement je savais faire les petites notes de musique blog style (vous savez celles qui entourent les paroles de chanson de Rihanna), j’en mettrais plein partout parce que la musique pour moi, c’est TROP le délire.

Tout ça pour dire qu’en ce mois de décembre je ne peux que me réjouir de revoir bientôt ma famille complètement disparate mais réunie pour l’occasion (mis à part le gros relou qui ne veut pas payer un billet à 1500 euros, on s’en souviendra SALAUD). Soeur d’un geek vivant sur une île à 80% sidaïque, d’une  mère célibataire de 2 enfants que je tente de vendre pour leur beauté incommensurable, d’un couple consanguin asiatique nous ayant fourni un petit sumo adorable, fille d’un père qui ne veut plus se laver les cheveux tant qu’il n’a pas défoncé la boite de son ex boss et d’une mère targetée par le FBI pour les billiards de Giga qu’elle télécharge ILLEGALEMENT, je sais que mon Noël protestant sera réussi. Parce que nous ne partageons qu’amour, oranges, frois gras, vin rouge qui coute un bras et de la salade que nous n’avons pas le droit de couper au couteau.

Moi je m’en fous pas mal de ces principes de gros radin, j’ai envie de dépenser les dollars que je n’ai pas pour que tous mes petits bouts de choux (je ne suis pas aussi tendre avec ceux des autres, enfin si, mais pas de la même façon) passent un vrai Nöel de capitaliste, mais tout ça avec une petite pensée pour le Jésus, (le Jésus de notre crèche étant assimilé au true one) que l’on va encore passer 3 jours à chercher parce que mon frère ne saura plus où il l’a caché, pour finir par le mettre dans la crèche en papier cul.

Et mon chat (ah non il est mort) comme mes neveux et nièces s’amuseront à faire rouler les boules du sapin et à faire tomber les épines et ça fera hurler ma mère parce qu’elle est vraiment du genre à acheter des boules à 17 euros, celles qui se cassent dès qu’elles touchent une surface différente de l’air. Mais nous ça nous fera RIRE AUX ECLATS.

Mais rien ne peux remplacer l’état de transe de ces mini humains lorsqu’ils découvrent la maison décorée et le fucking amas de cadeaux dont la valeur pourrait nourrir l’Ouganda. Je finirai en pleurs, en train de shooter partout avec mon nouveau Olympus Pen EP1 qui claque sa race. et plusieurs mois après et années sûrement aussi, je regarderai back then  et je sourirai, heureuse d’avoir pu profiter de si belles fêtes familiales, sans disputes et avec beaucoup d’amour.

Et même si en temps normal j’aurais sûrement commis une série de meurtres, je sais bien que c’est la rareté des moments passés avec eux comme le temps qui se déroule si vite qui fait que je les aime encore plus à chaque fois que je peux profiter de leur présence.

La famille, c’est vraiment chouette. Et Noël aussi. Je m’en vais de ce pas manger d’avance le chocolat de demain.

I was born FREE.

8 Déc

Parce que la guerre froide homme/femme s’enracine et que je vois les têtes tomber les unes après les autres dans la boue des combats, alors que telle Luz je me relève après la moindre attaque, je vais moi aussi faire la loi. Je vais faire La Revoluçion en soutif.
Inconscientes que vous êtes de croire que je n’ai aucune expérience. Et pourtant la manipulation requiert davantage de savoir faire que la sodomie. Vous vous ruez sur tout ce qui bouge en espérant secrètement que le charming prince va se ramener et en oubliant que ce n’est pas la grosse cochonne qui récupère le pactole at The End. Vos fuck friends deviendront rarement le père de vos enfants. Ou alors c’est que vous travaillez au bois.

Moi qui n’ai fondamentalement besoin que de fame et d’argent de rien, je me retrouve toujours avec des lovers dans les pattes. « Trop facile grâce à ton physique », me direz-vous. Et je le conçois parfaitement. Seulement ce n’est pas tout, il existe une tactique que j’ai trouvée à mes dépends : les traiter comme des moins que rien, m’asseoir sur leur dignité, roter, chanter du Miley Cyrus, leur dire que je déteste et trouve sale ce qui a attrait au sexe, et clairement leur avouer que je n’aime que les prépubères. Moi qui pensais y échapper, j’écope donc souvent d’un « toi j’aimerais te connaître davantage », meaning « tu es trop chou et intelligente et belle pour me servir de toi comme d’une poupée gonflable, je voudrais t’épouser » (je compte tester la technique sur Justin Bieber, CROISONS LES DOIGTS)

Ok ça veut peut être dire « Mazette, tu vas être pénible à pecho, tu seras donc mon challenge et je finirai par te fourrer à l’arrière d’une buick ». Dans ce cas, je peux me servir de lui comme d’une carpette pour finalement ne rien lui offrir à la fin. I’m a monster.

In any case, je ne me fais JAMAIS avoir et je ne finis pas en pleurs.

Alors les amies, si vous comptez pecho du mâle, oubliez les expressions vantardes comme « moi je préfère les gros gourdins, je n’ai pas de gode ». N’oubliez pas qu’un jour vous aurez « les grandes draperies » et qu’à ce rythme c’est à 37 ans que vous les découvrirez. Si vous devez cacher que vous apprécier le garçon en question, ce n’est pas derrière la dépravation que vous devriez le faire. A moins que, TELLE UNE HEMEROCALLE, vous ne souhaitiez durer qu’une nuit. Conclusion : Investissez donc dans un sex toy.

PS : Un jour j’écrirai sur quelque chose que j’aime, je vous jure.

Mode d’emploi de la parfaite insensible

13 Oct

Parce que moi j’ai du être nonne dans une précédente vie, ou pour l’être secrètement dans celle là, je suis complètement insensible aux assauts masculins moins à ceux des enfants. De mon état de nobode lycéenne car sans boobs et sans règles, je suis passée à nobode adulte de par mon célibat incarné et acharné

Ce qui est con, c’est que fondamentalement, je n’ai pas à me plaindre : je n’ai pas franchement d’histoire de mec mis à part « le gros lourdaud moche a encore essayé de me pécho, quel putain de loser« , je ne peux même pas chialer mes kilos en trop qui n’existent pas (han oué je me la pète grave quand je balance des « putain mais mes cuisses font la taille de ton bras, j’ai trop les boules, je n’ai pas de FORMES FEMININES AHAHAHA, tiens tu voudrais pas une tartine de beurre de cacahuètes?« ). Mais du coup, je me sens délaissée. je ne peux que chialer ma désolation de future patiente d’HP,  Le cercle vicieux s’installe et mon coeur se déssèche, rendant inutile toute tentative de m’entuber m’amadouer.

Alors parce que je suis sympa, je vais vous lâcher quelques-uns de mes tips pour ne pas chialer les hommes sans coeur.

– Je suis dépressive, donc forcément je ne sors pas et je ne rencontre personne. Du coup je peux fantasmer à gogo et les très jeunes hommes réels ne sont plus que des sous-races de mes idéaux.

– Je bosse, j’étudie, et je sportifie. Du coup je suis bonne en plus d’être intelligente en plus d’être cheerleader. Je peux me permettre d’avoir un ego surdimensionné (contraire au fait d’être dépressif, mais ce qui est fou n’est pas rationnel, qu’on se le dise) et de sélectionner ma proie de façon ARDUE. Ça me permet également de ne juste pas avoir de temps en fait.

– Je réalise à quel point les jets de sperme dans les organes tels la bouche et les yeux les échanges de fluide (oui les relations adultes ressemblent à ça pour moi, je le dois sûrement à mon excès de zèle, cause de ma première lecture de livre porno à l’âge de 3 ans) c’est sale. POINT.

– Je n’ai pas le temps pour un garçon, car je suis ambitieuse et égoïste.

– Je vis comme une truie, et ça, je n’aime pas qu’on me le fasse remarquer. (je suis très susceptible)

Oui, tout ça c’est pas très glam, et ça ne vous aidera pas à passer des dimanches matins à vous faire retourner enlacé(e)s par les bras de votre homme, mais pensez le temps mis à parti pour LIRE, MANGER, boire du COCA, mater les fringues sur ASOS, FANTASMER sur les héros des séries, FAIRE DU SPORT, faire genre vous êtes intelligente AU MUSEE, porter des culottes MY LITTLE PONEY, et mater JOUR DE FOOT. Mais WTF, qui est encore assez fou pour réfléchir après un tel argumentaire? QUI?

De la diplomatie dans le sport ou « BIM, SALE PUTE »

28 Sep

J’ai un vrai problème de fond :  la connasse du cheer que j’appellerai PUTE dans cet article a un ego surdimensionné. J’ai beau devoir reconnaître que dans son domaine : la gym, PUTE est balaise, j’ai du mal à accepter qu’une gamine (à qui je rends des putains de service tout au long de l’année car elle est manifestement trop teubée pour penser à ses chaussettes, son maquillage ou un COUPE-ONGLES (je vous jure) quand elle a un entretien) me fasse des REMARQUES sur mon caractère : « j’en ai marre de ton attitude, j’en ai par dessus la tête là » (en passant sa main au niveau du cou).  Alors que j’ai acquis des années d’expérience en matière de patience grâce aux enfants violés, frappés ou handicapés mentaux que mes parents recueillent car c’est grassement payé gentiment.

PUTE qui est donc arrivée avec 2h de retard à l’entraînement ce matin va se changer, sans s’excuser, dans son nouveau fief qu’est le bureau des profs (ce qui sera sans doute le plus grand achievement de sa future vie misérable) et va QUILLE-TRAN remplacer une meuf dans un groupe qui n’avait rien demandé; sans s’échauffer, parce que PUTE est sûrement bionique contrairement à moi, et tout en minaudant et rigolant comme une cruche qui a du se faire fourrer la veille.

MAIS BON, elle a finalement de bonnes excuses :

– elle n’a pas son bac pro

– dans son propre field, elle n’est pas au courant qu’on ne dit pas « le pom pom girl » et qu’on ne se ridiculise pas en citant « les séries américaines » quand on veut être crédible et ne pas HUMILIER toute sa fédération

– on lui fait croire que parce qu’elle est meilleure que 15 filles dans un club de gym, c’est une star mondiale.

– même elle a des problèmes d’emploi du temps : passer une formation d’animateur d’activités gymniques à 10h par semaine, bosser à HandM 15h par semaine et s’entraîner, c’est hyper hardcore les mecs. NON MAIS VRAIMENT. Et mon taff d’ingé/étudiante/sportive à 10h par semaine c’est de la nioniotte.

– sa formation, elle est tombée du ciel, c’est pas moi (jurédevantdieu) qui lui ai trouvé.

– elle croit que les démos que l’on se tape pour récolter des dollars et aller aux Worlds (le nom cool pour les championnats du Monde de Cheer) vont aller dans sa poche le soir-même « ah faudrait que tu nous en trouves plein des trucs comme ça, j’ai besoin d’argent en ce moment car mon copain me frappe si je fais des passes« . Je viens donc de découvrir que sur mon front est gravé ANPE.

Moi j’aurais bien tendance à faire du harcèlement moral en lui disant de façon insidieuse à tous les entraînements qu’elle finira vendeuse de maïs à Barbès (ma cousine me traite de sale bourgeois hygiéniste à ce sujet, elle a pas tort) jusqu’à ce qu’elle perde ses moyens et tombe sur la nuque lors d’un stunt un peu dangereux.  Ou au moins jusqu’à ce qu’elle se barre car soyons réalistes je n’aurais jamais les capacités pour la faire crever au milieu de litres de sang, l’envie qu’elle meure.

Bang me @Vincentglad

20 Sep

Je ne sais même pas pourquoi @Vincentglad alimente les fantasmes de toutes les petites twittos de la planète (ok, mes deux copines et moi) si ce n’est sa VERVE légère mais pertinente sur des sujets que tout le monde kiffe genre Benjamin Lancar et mes idoles @humourdedroite (que je me ferais bien aussi, mais ils sont trop ieuv et je suis sûre qu’ils sont poilus), son énième statut de journaliste (oui parce qu’il faut se l’avouer, ça pullule sacrément sur touiter) ou bien sa photo ULTRA SENSUELLE de mec qui se dévoile pas.

Alors nous on se fait des scénarios. Moi par exemple, je m’imagine aller à un APEROTWEET (envie très récente parce que jusqu’à y’a pas longtemps, je ne connaissais pas cette coutume) et apprendre que @Vincentglad est présent. A ce moment, mon sang ne fait qu’un tour et telle une groupie affamée je me jette dans la FOULE (oui dans ma tête y’a des millions de gens), je reconnais sa petite chemise à carreaux de loin et découvre un corps svelte mais musclé (tout ça sous sa chemise oui)

C’est là que la partie se corse : PERSONNE N’A JAMAIS VU SON VISAGE (mes deux copines et moi quoi). C’est donc un mix Justin Bieber/Mark Salling/Enrique Iglesias qui se retourne vers moi (il se retourne parce qu’il a entendu mon souffle haletant, mon pas lourd ET SURTOUT qu’il a senti mes hormones bouillonnantes). Le voilà qui attrape ma main et pose la sienne sur ma joue rosée, tout ça accompagné d’un sourire qui me fait tomber dans les pommes. (en vrai j’ai du trop boire de vin, mais cette explication est toujours plus classe)

Bwef, il me réveille d’un tendre baiser, je lui roule une pelle, on couche ensemble et finalement je le jette parce que le charme est rompu (MAIS OUAIS TOUT LE MONDE SAIT QUE ÇA MARCHE COMME ÇA, à part qu’en vrai moi je couche avec personne mais je me mets à la place de ma copine)

Par contre, ce qui foutrait les boulasses, c’est qu’en vrai @Vincentglad soit qu’une entourloupe et qu’il ne soit pas aussi beau qu’on l’imagine. Et si par malheur on le découvrait chers amis, vous auriez 3 suicides sur les bras.

PS : @Vincentglad si tu as moins de 24 ans tu m’intéresses encore plus. Envoie nous des photos de toi nu parce que j’en connais une qui a besoin d’un peu de motivation. Merci.