Archive | J’assume RSS feed for this section

La boulangère vous a vus sur Xhamster

18 Mai

« En mai fait ce qu’il te plait » dit le dicton, alors comme le temps ne se prête pas à courir toute nue dans la forêt de Saint Cloud, j’ai passé mon après midi à mater du porn en ligne. Ne faites pas les outrés, si vous êtes passés par ici c’est que vous êtes aussi des petits obsédés…

Je dois avouer un truc, le porn est arrivé assez tardivement dans ma vie, et je crois que c’est parce que ce sont mes amants les plus intellos qui m’y ont amenée que je me suis laissé faire. Peut-être que les autres n’assumaient pas, mais c’est un fait. Finalement je suis assez contente d’avoir découvert ça des années après avoir déjà pleinement apprécié le sexe.

Donc depuis deux ans, j’en consomme avec plaisir, et même à certaines périodes sous forme de crises de boulimie : la plupart du temps seule et jusqu’à l’écœurement. Bizarrement je n’aime pas cette nouvelle vague de films très « léchés », avec des acteurs à peine pubères, certes beaux mais lisses, de cette fadeur qui me rappelle les heures sombres du film érotique de M6 le dimanche soir. J’aime que ça soit sale… Oui c’est comme ça.

Certes je me suis pâmée devant « Malice in Lalaland », un film un peu ovni avec des relents lynchiens mais rien ne m’excite plus pour finir que les vidéos amateurs avec de vrais gens.  Et petit détail, j’aime traquer le vrai désir, le vrai plaisir. Rien ne m’émeut plus même si les protagonistes ont un peu le ventre gras ou les seins qui tombent. Pourtant cet après midi, alors que je m’étais destinée à un film allemand très sombre, je suis allée errer sur un site X et entre quelques visionnages et autres tripotages (oui je ne mate pas du porn pour faire une analyse pointue de l’état des lieux de l’épilation féminine en milieu rural), j’ai fait un constat qui m’a un peu attristée.

Si la production pornographique pro a décomplexé pas mal de gens, est-ce une raison pour en reproduire les mêmes scènes et les mêmes codes dans leurs vidéos amateurs ? Je m’étonne toujours de ce manque d’imagination qui consiste à tringler comme des sauvages des filles qui ont l’air de s’emmerder à dix sous de l’heure et de finir immanquablement par une éjaculation faciale. Comme si au lieu d’avoir libéré les gens, le cinéma porno leur avait donné un mode d’emploi ou des règles immuables, bref un carcan plus ou moins normatif. De même, moi qui suis une amoureuse des mots crus sur la scène du crime, je m’étonne toujours de la pauvreté du vocabulaire. « Sale pute » et « tu aimes ça grosse chienne » devraient être des expressions reléguées aux oubliettes des heures de gloire de Dorcel.

Je peux comprendre en tombant sur ce genre de scènes qui sont finalement des remakes cheap des productions disponibles sur le marché, qu’on préfère à Christine et Jean Jacques l’étreinte musclée et plastique de James Deen et Ricki White (T’as vu, j’étale ma culture ! )

Autre réflexion que je me faisais après mon deuxième orgasme et lorsque mon cerveau était revenu à une température à peu près normale : jusqu’à quel point ces vidéos n’étaient pas un marché de dupes. Je m’explique. Je note que souvent, le visage des femmes est exposé et rarement celui de leur partenaire. Je veux bien croire que ces filles soient le plus souvent consentantes pour être filmées (« Allez minouche, ça nous fera un souvenir quand le film du dimanche soir sera pourri ») mais pour être exhibées sur le net, j’ai quelques doutes. Et dans ce cas, pourquoi les hommes ont souvent le visage masqué, par un loup ou un floutage grossier, ou systématiquement la tête hors cadre ? Est-ce à dire encore une fois que dans ce genre de délire, c’est encore la femme qui est le dindon de la farce ? Attention, je m’interroge, j’imagine bien qu’il y en a certaines qui ont l’exhibitionnisme en deuxième nature. Mais donner à voir ainsi son visage au risque de se faire griller par la boulangère (Si, je regrette je suis sûre que ma boulangère mate AUSSI du porno) me laisse circonspecte.

Par exemple récemment j’ai eu le droit à une sorte de « happening » d’un type qui faisait entrer son voisin pour baiser sa femme au réveil. Il le prévenait : « Bon vas-y, tu montes et tu fais ce que tu veux, elle se réveille donc elle est pas habillée, elle est pas maquillée… ».  Raymonde (je l’appelle Raymonde, parce qu’elle avait une tête à s’appeler comme ça) se réveillait en effet, l’air ravi de trouver « voisin » prêt à l’embrocher malgré son haleine du matin et sa chemise de nuit chair mais le pire restait à venir : Les commentaires de son mari : « Va pas trop profond quand même, comme elle a été opérée… » (sic).

Bref je l’accorde, la vidéo amateur réserve des surprises parfois douteuses. Mais souvent au détour d’un clic on découvre le graal, une image pas trop pourrie avec des protagonistes qui font preuve d’imagination sur le carrelage de la cuisine, où la fille prend son pied comme une bête, où ça sent la vérité et on voudrait presque être à leur place. Presque…

Minou, minou, minou…

9 Sep

« Qui de vous mesdemoiselles peut se targuer d’avoir une belle chatte ? »

Cette question volontairement claquée comme un coup de trique par un trentenaire un soir d’ivresse, avait laissé ses quatre interlocutrices sans voix, ou presque… Il y eut bien la plus jeune qui, sans lever les yeux de son Smartphone, répondit avec la même gouaille :
« Moi je la trouve très belle ma chatte… »
Mais les trois autres se contentèrent d’échanger des sourires circonspects voire circonstanciés. Trois dont je faisais partie.

Car pour être tout à fait franche je ne suis pas de ceux qui se pâment devant l’Origine Du Monde de Courbet.
Pas que je trouve cela monstrueux, disons plutôt étrange, mystérieux, déconcertant même parfois. Beau, jamais.
Et finalement c’est quoi une belle chatte ? Un sexe épilé à 100% dont les lèvres symétriques et presque inexistantes rappellent presque la zézette d’une fillette de dix ans ? Ou un sexe réceptif, accueillant, qui sait happer, ventouser, masser un membre plus ou moins susceptible ? Bref, la beauté intérieure tient-elle un rôle dans l’expression « belle chatte » ? J’imagine que oui, même si le nombre d’anecdotes d’hommes réclamant des photos du plus intime de nos attributs tend à prouver le contraire.

La curiosité pousse d’ailleurs certaines d’entre nous à s’asseoir un jour face à un miroir, cuisses écartées pour observer la bête. Force est de constater que ce que notre maman appelait notre « petite fleur » nous saute aux yeux de façon beaucoup moins poétique. Si dès l’adolescence on a eu l’autocritique facile, il y a fort à parier qu’on ne verra dans la glace qu’un millefeuille de chair, plus ou moins foncé, plus ou moins poilu, plus ou moins luisant. Une expérience suffisamment traumatisante pour qu’on considère le cunnilingus comme une épreuve infranchissable et humiliante et qu’on se planque derrière un « Naaaan le cunni c’est pas mon truc… ». quelque temps du moins. Trop Longtemps…

Et là on en vient à vous envier messieurs, sur la possibilité de très vite comparer votre instrument avec celui des petits copains, de vestiaires collectifs d’abord, puis devant un premier porno qui tache, visionné un mercredi après midi en groupe de cinq ou six adolescents … Nous vous envions de pouvoir très vite constater que votre zizi est normal. Certes plus petit que celui de Kevin Durand, çuikalaplugrossedelaclasse, mais NOR-MAL ! Une fille dans les vestiaires, c’est pudique, ça n’écarte pas les jambes comme un cowboy sur un tabouret de saloon et quand on réussit à voir les quelques poils pubiens de notre meilleure copine, on est déjà bien contente. On vit avec la terreur d’avoir avec un truc pas normal entre les cuisses, alors la beauté du truc, on n’y avait même pas pensé…

A chaque première visite chez un nouveau gynéco, on attend d’ailleurs toutes un verdict qui tendrait à nous rassurer ou nous conforter dans le fait que notre sexe n’est ni plus ni moins différent de celui de nos congénères. Certaines se risquent même à poser la question fatidique, n’obtenant du dit médecin qu’un sourire se voulant rassurant ou un vague : « Je n’ai rien vu de notable… ». Pire que tout !

Bien sûr, question pilosité on a bien compris qu’il fallait tailler les haies, éviter l’expansion territoriale de la végétation qui préfèrerait elle, pousser anarchiquement façon jungle. Mais on obtempère, on se plie à ce petit supplice mensuel sous les doigts d’une inconnue qui vous parle de la rupture récente de Vanessa Paradis tout en vous martyrisant la vulve. Quand on sait qu’il y a chez les mecs autant de préférences en matière de pilosité intime que de coupes de cheveux répertoriées, on se colle une pression supplémentaire. Mais finalement, le principal étant d’avoir l’air « entretenue », le poil est en soi un problème mineur, quelque chose qu’on peut modifier à plaisir. Et à déplaisir surtout.

Le véritable objet de nos craintes, voire de notre désamour, ce sont les lèvres. Si Photoshop et les magazines de mode ont eu raison de notre objectivité en matière de silhouette, Sasha Grey (étalon de la chatte à mes yeux) et autre Youporn nous ont créé des complexes tout neufs dès que notre vulve présente la moindre petite irrégularité. Je connais une fille ayant attendu ses 25 ans pour perdre sa virginité sous prétexte que ses petites lèvres étaient « anormalement visibles » et que ses copines de lycée l’avaient surnommée « pendouillette ». La femme est une louve pour la femme… Et le pire des censeurs, c’est nous même. Certains hommes ne sont d’ailleurs pas en reste pour entretenir nos complexes. Un de mes ex, obsédé par la taille modeste de son sexe, me serinait que si j’avais trop d’amants bien membrés, je finirais avec deux escalopes entre les cuisses. Encore une légende urbaine et misogyne pour effrayer les petites dindes en mal de sensations fortes…
Je rappelle à toutes fins utiles, qu’à moins d’y attacher des poids lestés lors de séances sadomasochistes de huit heures tous les weekend, il n’y a pas de femmes que le sexe à haute dose ait déformées. Tout est question de génétique. Alors oui, on peut passer sous le bistouri pour raboter un peu ici ou là et transformer notre chatte ordinaire en Vagina Rolls. Mais quand on sait que certains chirurgiens œuvrent pour reconstruire des clitoris mutilés lors d’une excision, on remet ce genre de réflexion en perspectives.

Heureusement il y a des miroirs bienveillants. Des hommes dont le regard gourmand, dont l’épicurisme évident nous réconcilient avec nos obsessions. Bizarrement ce sont les mêmes qui s’extasient devant notre peau un peu trop blanche, nos petits nichons et nos fesses bien rebondies. Une belle chatte, c’est celle qui mouille quand ils la regardent, celle qui s’assume et qui s’oublie, celle qui s’offre sans retenue et sans calcul, comme un sourire.

Parce qu’une chatte en dépit du regard froid et critique qu’on pose sur elle, elle est bonne fille… Elle ne se fait pas trop prier pour nous envoyer au 7ème ciel, du moment qu’on la brosse un peu dans le sens du poil.

Yin et Yang

12 Août

Lisa était une jouisseuse et cela rendait sa compagnie très agréable.
Elle savait que je n’aimais que les hommes… Mais elle savait aussi que je n’étais pas insensible à ses charmes incendiaires. Elle était assise sur mon canapé, sa robe fleurie un peu remontée sur ses cuisses ambrées et elle me souriait sans l’ombre d’une ambigüité.
« Tu sais ce qui se dit dans mon entourage ? Que je pourrais rendre bi n’importe quelle hétéro pure et dure. »
Je souris. Elle me cherchait la gueuse… Et le pire c’est que ça fonctionnait à merveille.
« Tiens donc et comment tu t’y prends ? »
Son regard vert ne me lâchait pas tandis qu’elle me racontait, scrutant les réactions sur mon visage. Je suis malheureusement un livre ouvert.
« En général ça commence comme dans toutes les relations, par des caresses et des baisers. Les filles entre elles sont très douces souvent… les corps sont plus présents que dans une relation hétéro… je veux dire par là que le corps entier participe aux caresses, pas seulement les mains… les jambes passent entre les jambes, les corps s’emmêlent et se frottent… l’attente est plus longue avant de passer directement au sexe. C’est très excitant, un corps de femme sur un autre corps de femme… »
Je croisais les jambes, repensant à mes premières pulsions sensuelles lorsque avec mes copines de primaire, nous jouions à nous explorer.
Lorsqu’elle continua en disant,
« Mais ce que j’aime par dessus tout c’est les faire jouir avec ma bouche… », Je sentis qu’elle avait définitivement mis le feu aux poudres. Ce n’était pas tant ses mots qui faisaient court-circuiter mon cerveau mais plutôt son attitude séductrice sans être minaudière, sa féminité exacerbée et cette façon qu’elle avait de faire couler les mots de sa bouche, comme dans un souffle. J’avais soudain l’impression de me trouver dans le désir d’un homme sans en avoir les attributs…
« S’il y a des hommes dans l’histoire, lécher une femme pendant qu’elle se fait prendre est une possibilité très intéressante, autant à faire qu’à recevoir… »
J’étais cuite. Elle le nota et s’approcha ostensiblement de moi sur le canapé. Elle me souffla :
« Je te sens vraiment troublée là… Je peux faire quelque chose ? »
J’ignore quel diable m’attrapa les sens mais je la fis glisser sur le coté et relevai vivement l’étoffe légère de sa robe pour lui coller une fessée. Elle sembla d’ailleurs être très réceptive puisque malgré ses petits gémissements, elle cambrait sa croupe rebondie avec impudeur. J’avais fait glisser sa culotte sur le coté et entre chaque petit coup sec, mes doigts s’égaraient un peu plus dans ses méandres humides. Quand ses fesses eurent pris un air de vacances, je lui retirai sa dentelle et partis à l’aventure entre ses cuisses luisantes de nacre. J’étais comme possédée et l’envie de la faire jouir devint une sorte de quête du Graal. Je posais ma langue un peu timidement sur l’entrée de sa fente. Elle avait un gout citronné et herbacé.
D’un mouvement de bassin elle vint s’y enfoncer puis remonta pour que j’atteigne son bouton magique. Je sentis mes lèvres se resserrer autour de son petit appendice gonflé tandis que mes doigts la fouillaient avec douceur. J’ignore combien de temps je passais à la manger comme un sorbet. Je la sentais monter, puis redescendre au rythme de ses ondulations. Je finis par remonter pour sortir ses seins de sa robe et surtout l’embrasser à pleine bouche. Je passais de des seins à sa bouche , ne sachant à quel saint me vouer. En me rendant mes baisers, elle me mordillait les lèvres, les yeux mi-clos. Ça me rendait dingue. Je continuai à la baiser avec mes doigts en remontant vers la racine interne de son bouton en irruption. Le contact de ses cuisses sur ma taille, de nos seins se caressant à chacun de mes assauts comme autant de sensations nouvelles, décuplait mon excitation et mon envie d’en découdre.
Et tandis qu’elle se touchait par devant au même rythme que mes doigts fébriles s’immisçaient dans ses profondeurs, elle laissa échapper un ultime gémissement de plaisir qui déforma son visage de façon ravissante.

« Eh bien, pour une débutante ! »
« J’ai eu l’impression d’avoir plongé dans ma part masculine pendant quelques instants… »
Elle rit et en déboutonnant ma robe, elle me lança, mutine :
« Laisse moi t’aider à retrouver ta part féminine alors… »

Dernier métro

30 Nov

C’est sinistre la porte d’Orléans passée une certaine heure et j’avoue que je ne suis pas super rassurée dans ce wagon vide, à attendre le départ. Surtout que je vais certainement rater ma correspondance. J’aurais jamais du boire autant, j’ai les joues brulantes et certainement une haleine de rhum repérable par n’importe quel nez aguerri. Quand il entre, je le dévisage à la dérobée juste pour vérifier qu’il ne s’agit pas d’un mec susceptible de me faire peur. Il n’en est rien. Il vient s’assoir dans le carré juste à côté du mien. Ce n’est pas comme s’il y avait de la place… Il me regarde avec insistance. Ne surtout pas croiser son regard sinon c’est la fin. J’enfonce mes écouteurs dans les oreilles et commence à regarder mon téléphone, l’air faussement absorbé, histoire de ne lui laisser aucune chance. Mais je sens une pichenette sur mon bras, je tourne la tête et le mouvement de ses lèvres m’oblige à sortir de ma musique…

« Vous pensez que c’est vraiment gênant si j’allume une clope dans le wagon ? »

Il a un léger accent, il n’est pas parisien c’est certain.

« Eh bien c’est à vous de voir… Ça fait un peu adolescent rebelle et vous risquez une grosse amende. Après, moi je m’en fous. »

« Vous en voulez peut être une ? Quitte à faire adolescents rebelles… »

Son sourire en coin est désarmant mais je décline et remets mes écouteurs. Il s’assoit en face de moi et recommence à me parler :

« C’est un genre que vous vous donnez vous, les parisiennes, ou vous êtes réellement des pimbêches ? »

« C’est à dire que je ne suis pas sure que ce soit le mot… » et là je ne sais pas ce qui me prend, mais un début de fou rire m’interrompt. Je reprends ma respiration. L’ivresse est vraiment là et la situation me met dans un drôle d’état.

Je reprends : « En fait c’est juste que je crains de ne pas avoir beaucoup de conversation ce soir. »

« Moi je suis sur que si, on ne se connait pas et donc tout ce que vous pourrez dire va me sembler intéressant. Et puis même si ce n’est pas le cas, j’écouterai votre voix que je trouve fort jolie. »

Là j’éclate de rire tout en empêchant le son de sortir vraiment, j’ai les larmes qui me montent aux yeux, c’est plus fort que moi. Je ne sais pas si c’est l’alcool ou la situation incongrue, mais malgré mes efforts je ne parviens pas à garder mon sérieux. Je le trouve tellement touchant à se démener comme un diable pour lier connaissance…

« C’est mon accent du sud qui vous fait rire ? Vous vous foutez de ma gueule en fait !  » Il dit cela sans colère, juste un peu mutin.

« Mais pas du tout… Je suis désolée… vraiment… » je bredouille, entre deux hoquets hilares. C’est pathétique. Et comme pour conjurer le sort je me lève et viens l’embrasser à pleine bouche, un long baiser qui rajoute à mon ivresse parce que j’ai eu la bonne idée de fermer les yeux. je vacille et viens m’assoir à califourchon sur lui.

« Ah ouais c’est comme ça que vous faites ici… ça a le mérite d’être direct… » me balance-t-il les yeux brillants.

Je pose un doigt sur ma bouche, l’invitant à se taire, puis l’embrasse encore, indécemment. Je ne me reconnais pas quand je défais sa ceinture, descends sa braguette et commence à le caresser alors que sa queue n’est pas encore tout à fait dure. J’esquisse un sourire alors que je le sens durcir sous les va-et-viens effrontés de ma main. Le métro démarre enfin. Je le sens batailler fébrilement avec mon collant, tant et si bien qu’il le file, puis le déchire pour gagner les frontières de la dentelle minuscule qui me sert de culotte. Il la fait coulisser doucement sur le côté pour y glisser un doigt, puis deux.

Alésia, une dizaine de péquins attendent sur le quai, il n’en monte qu’un dans notre wagon, un quadra bon chic bon genre avec une écharpe à rayures et un duffle coat bleu marine, il s’assied à l’autre bout de la voiture et nous tourne le dos. Le métro repart.

Ses doigts dansent à l’intérieur de ma chatte pendant que je le branle de plus belle, il me baise des yeux, un sourire frémissant sur les lèvres et j’ondule à sa cadence, au rythme de son souffle. Je ne pense pas une seconde que je vais pouvoir jouir dans ces conditions, mais c’est follement excitant.

Mouton-Duvernet, notre wagon est épargné par les voyageurs mais sur le quai d’en face, deux jeunes mecs comprennent très clairement ce qui se passe et nous interpellent en riant :

« Ça va,  tranquille les exhibos ?!  »

Seul l’alcool semble m’empêcher de mourir de honte à cet instant. Lui, en revanche est resté très concentré et avec une assurance sans faille,  retire ses doigts, me soulève et m’assoit sur sa pine dont la raideur n’a plus rien d’aléatoire. D’ailleurs lorsque sa queue me fend, je ne peux réprimer un gémissement qui fait tourner la tête de notre indésirable du fond, mais heureusement, il ne semble pas noter notre manège. En tout cas, il fait parfaitement semblant… Je vais mourir de chaud dans mon manteau de laine, mais au moins il nous cache un peu.

Denfert-Rochereau, trois jeunes femmes rentrent en riant et parlant très fort et s’assoient sur les strapontins deux rangées plus loin. Je suis quelque peu troublée par leur présence et tente de m’extraire de l’emprise de mon occupant… En vain.

Il me maintient fermement par les hanches et ses légers coups de reins me font perdre très rapidement le sens des conventions. Je me perds à nouveau dans son regard enjoué et j’oublie le temps d’une danse la laideur de ce qui nous entoure.  Son rythme ralentit, et je le sens glisser sur la banquette pour me pénétrer plus profond encore, je suis liquide. Ses ongles s’enfoncent dans mes fesses pour les écarter et c’est à ce moment précis que je sais que je me suis trompée… Je plonge mon visage dans son épaule pour étouffer un cri libérateur. Montparnasse-Bienvenüe, je reprends mes esprits et il m’aide à reboutonner mon manteau à la hâte pour dissimuler l’état désastreux de mes jambes nues parcourues de toiles d’araignées de nylon.

je me glisse sur le côté et m’assois près de lui, affrontant le regard visiblement entendu d’un type de notre âge, assis dans le carré de banquettes à notre droite. Nous restons silencieux quelques stations. Puis nous descendons tous les deux, métro Strasbourg St Denis.

« Tu fais chier Marla, c’est toi qui me demandes de te montrer comment je t’aurais draguée si tu m’avais laisser faire et tu ne peux pas t’empêcher de saboter tous mes effets… »

Je glousse et attrape sa main. Nous courrons pour ne pas rater la correspondance….

A l’aveuglette

8 Août

Les petites filles adorent se faire peur… Les grandes aussi.

Je ne te connaissais ni des dents, ni des lèvres, pourtant nous avions très vite échangé une étrange intimité à travers une relation épistolaire torride où nous nous vouvoyions à dessein. Tu habitais loin, le jeu risquait de ne se cantonner qu’à des mots pendant très longtemps.

Et puis tu es venu à Paris. « Un rendez-vous d’affaires » disais-tu, qui pouvait se prolonger en ma compagnie. Je ne suis pas née de la dernière pluie, et sais comme le passage du virtuel au réel peut être brutal. Je décidai donc de te retrouver dans la chambre coquette d’un hôtel, les yeux bandés, offerte à toi, sans jamais te voir.

Cinq minutes avant d’arriver tu m’avais appelée pour me prévenir. J’avais couvert mes yeux d’un foulard de soie et avais attendu sagement assise sur le lit, le corps paré d’une dentelle poudrée et d’escarpins noirs. Ces cinq minutes, c’est mon cœur chamade qui en a fait le décompte tant l’excitation pulsait dans mes tempes, tant l’appréhension gonflait dans ma gorge sans y avoir été invitée.

La porte s’est ouverte et j’ai entendu tes pas discrets sur le sol carrelé, le bruit de la veste que tu as retirée, j’ai senti l’effluve léger de ton eau de toilette, fraîche, masculine, inconnue. Tu t’es penché, tu as posé tes lèvres sur mon cou et tu es remonté jusqu’à mes lèvres et l’effronterie de ton baiser m’a retourné les sens. Quand tu as cessé, tu es venu chuchoter à mon oreille :

« Bonjour mademoiselle, vous êtes vraiment ravissante… »

J’ai ri un peu nerveusement, de tes mains expertes tu as saisi mes hanches et tu m’as fait glisser sur le couvre-lit et tu es parti à la découverte de mes secrets. Comme une captive dont la privation de la vue retire toute initiative, je me suis laissée faire, lascive.  D’un geste sûr tu as m’as débarrassée de mon écrin de dentelles et j’ai senti tes doigts me fouiller avec la précision d’un orfèvre, tes lèvres et ta langue me manger comme un fruit. Tandis que je me tortillais comme une anguille, la perception de tous les sens qui me restaient, en était décuplée.

Parfois j’essayais de reprendre le contrôle de la situation, je n’ai pas l’habitude de me laisser faire sans riposter, mais tu ne m’en as pas laissé la possibilité. Tu faisais claquer ta langue sur ton palais en signe de désapprobation et continuais ton œuvre, oserais-je dire « bienfaitrice » ?

Ton autre main à plat sur mon pubis pour m’immobiliser, tes doigts sont devenus plus invasifs et ta bouche plus audacieuse. Le fourmillement de mes reins s’est fait plus intense et puis j’ai eu une impression soudaine de silence avant la tempête, comme une pause avant que mon plaisir ne jaillisse comme un allegro forte qui m’a laissée le souffle coupé quelques minutes sur le flanc.

Tu es remonté à ma hauteur et tu m’as soufflé :

« Remettez vous ma chère, je n’en ai pas terminé avec vous ! »

En m’accusant de tricher, tu as réajusté mon bandeau alors que pour rien au monde je n’aurais voulu pêcher par curiosité. Tu m’as fait rouler sur le ventre et placé un oreiller pour surélever ma croupe. Puis tu as écarté mes cuisses. A cet instant, je me suis sentie offerte, impudique et chienne, frissonnant et jubilant que tu devines mes attentes sans avoir besoin de te les dire.

Tu as joué quelques instants en caressant ma fente frémissante du bout de ton épée et puis tu m’as fendue impudemment, sans demander ton reste. Chaque assaut était la promesse d’une volupté croissante,  je t’accompagnais ondulante, parfaitement à l’écoute du rythme que tu m‘insufflais, titillant de concert mon petit bouton électrisé. Je me sentais pleine de toi, habitée, ravagée. Tu ne m’as pas lâchée jusqu’à ce qu’un orgasme explosif vienne me déchirer les entrailles.

Nous sommes restés là, emboités, sans parler, une éternité, peut-être deux. Et quand exsangue je t’ai senti approcher ton visage du mien et me souffler :

« Voulez vous me voir à présent… »

Je n’ai pas répondu tout de suite. Je connaissais tes mains, ta bouche, ta queue, avais-je vraiment envie d’y mettre un visage ? J’ai finalement acquiescé et quand la lumière jaune de l’été eut fini de m’éblouir j’ai plongé dans tes deux jolis lacs bleus qui me fixaient.  Après ça, comme un cliché, nous nous sommes tutoyés…

Les petites filles adorent se faire peur, mais elles aiment aussi que les histoires se terminent bien… Les grandes aussi.