Tag Archives: drague

Dernier métro

30 Nov

C’est sinistre la porte d’Orléans passée une certaine heure et j’avoue que je ne suis pas super rassurée dans ce wagon vide, à attendre le départ. Surtout que je vais certainement rater ma correspondance. J’aurais jamais du boire autant, j’ai les joues brulantes et certainement une haleine de rhum repérable par n’importe quel nez aguerri. Quand il entre, je le dévisage à la dérobée juste pour vérifier qu’il ne s’agit pas d’un mec susceptible de me faire peur. Il n’en est rien. Il vient s’assoir dans le carré juste à côté du mien. Ce n’est pas comme s’il y avait de la place… Il me regarde avec insistance. Ne surtout pas croiser son regard sinon c’est la fin. J’enfonce mes écouteurs dans les oreilles et commence à regarder mon téléphone, l’air faussement absorbé, histoire de ne lui laisser aucune chance. Mais je sens une pichenette sur mon bras, je tourne la tête et le mouvement de ses lèvres m’oblige à sortir de ma musique…

« Vous pensez que c’est vraiment gênant si j’allume une clope dans le wagon ? »

Il a un léger accent, il n’est pas parisien c’est certain.

« Eh bien c’est à vous de voir… Ça fait un peu adolescent rebelle et vous risquez une grosse amende. Après, moi je m’en fous. »

« Vous en voulez peut être une ? Quitte à faire adolescents rebelles… »

Son sourire en coin est désarmant mais je décline et remets mes écouteurs. Il s’assoit en face de moi et recommence à me parler :

« C’est un genre que vous vous donnez vous, les parisiennes, ou vous êtes réellement des pimbêches ? »

« C’est à dire que je ne suis pas sure que ce soit le mot… » et là je ne sais pas ce qui me prend, mais un début de fou rire m’interrompt. Je reprends ma respiration. L’ivresse est vraiment là et la situation me met dans un drôle d’état.

Je reprends : « En fait c’est juste que je crains de ne pas avoir beaucoup de conversation ce soir. »

« Moi je suis sur que si, on ne se connait pas et donc tout ce que vous pourrez dire va me sembler intéressant. Et puis même si ce n’est pas le cas, j’écouterai votre voix que je trouve fort jolie. »

Là j’éclate de rire tout en empêchant le son de sortir vraiment, j’ai les larmes qui me montent aux yeux, c’est plus fort que moi. Je ne sais pas si c’est l’alcool ou la situation incongrue, mais malgré mes efforts je ne parviens pas à garder mon sérieux. Je le trouve tellement touchant à se démener comme un diable pour lier connaissance…

« C’est mon accent du sud qui vous fait rire ? Vous vous foutez de ma gueule en fait !  » Il dit cela sans colère, juste un peu mutin.

« Mais pas du tout… Je suis désolée… vraiment… » je bredouille, entre deux hoquets hilares. C’est pathétique. Et comme pour conjurer le sort je me lève et viens l’embrasser à pleine bouche, un long baiser qui rajoute à mon ivresse parce que j’ai eu la bonne idée de fermer les yeux. je vacille et viens m’assoir à califourchon sur lui.

« Ah ouais c’est comme ça que vous faites ici… ça a le mérite d’être direct… » me balance-t-il les yeux brillants.

Je pose un doigt sur ma bouche, l’invitant à se taire, puis l’embrasse encore, indécemment. Je ne me reconnais pas quand je défais sa ceinture, descends sa braguette et commence à le caresser alors que sa queue n’est pas encore tout à fait dure. J’esquisse un sourire alors que je le sens durcir sous les va-et-viens effrontés de ma main. Le métro démarre enfin. Je le sens batailler fébrilement avec mon collant, tant et si bien qu’il le file, puis le déchire pour gagner les frontières de la dentelle minuscule qui me sert de culotte. Il la fait coulisser doucement sur le côté pour y glisser un doigt, puis deux.

Alésia, une dizaine de péquins attendent sur le quai, il n’en monte qu’un dans notre wagon, un quadra bon chic bon genre avec une écharpe à rayures et un duffle coat bleu marine, il s’assied à l’autre bout de la voiture et nous tourne le dos. Le métro repart.

Ses doigts dansent à l’intérieur de ma chatte pendant que je le branle de plus belle, il me baise des yeux, un sourire frémissant sur les lèvres et j’ondule à sa cadence, au rythme de son souffle. Je ne pense pas une seconde que je vais pouvoir jouir dans ces conditions, mais c’est follement excitant.

Mouton-Duvernet, notre wagon est épargné par les voyageurs mais sur le quai d’en face, deux jeunes mecs comprennent très clairement ce qui se passe et nous interpellent en riant :

« Ça va,  tranquille les exhibos ?!  »

Seul l’alcool semble m’empêcher de mourir de honte à cet instant. Lui, en revanche est resté très concentré et avec une assurance sans faille,  retire ses doigts, me soulève et m’assoit sur sa pine dont la raideur n’a plus rien d’aléatoire. D’ailleurs lorsque sa queue me fend, je ne peux réprimer un gémissement qui fait tourner la tête de notre indésirable du fond, mais heureusement, il ne semble pas noter notre manège. En tout cas, il fait parfaitement semblant… Je vais mourir de chaud dans mon manteau de laine, mais au moins il nous cache un peu.

Denfert-Rochereau, trois jeunes femmes rentrent en riant et parlant très fort et s’assoient sur les strapontins deux rangées plus loin. Je suis quelque peu troublée par leur présence et tente de m’extraire de l’emprise de mon occupant… En vain.

Il me maintient fermement par les hanches et ses légers coups de reins me font perdre très rapidement le sens des conventions. Je me perds à nouveau dans son regard enjoué et j’oublie le temps d’une danse la laideur de ce qui nous entoure.  Son rythme ralentit, et je le sens glisser sur la banquette pour me pénétrer plus profond encore, je suis liquide. Ses ongles s’enfoncent dans mes fesses pour les écarter et c’est à ce moment précis que je sais que je me suis trompée… Je plonge mon visage dans son épaule pour étouffer un cri libérateur. Montparnasse-Bienvenüe, je reprends mes esprits et il m’aide à reboutonner mon manteau à la hâte pour dissimuler l’état désastreux de mes jambes nues parcourues de toiles d’araignées de nylon.

je me glisse sur le côté et m’assois près de lui, affrontant le regard visiblement entendu d’un type de notre âge, assis dans le carré de banquettes à notre droite. Nous restons silencieux quelques stations. Puis nous descendons tous les deux, métro Strasbourg St Denis.

« Tu fais chier Marla, c’est toi qui me demandes de te montrer comment je t’aurais draguée si tu m’avais laisser faire et tu ne peux pas t’empêcher de saboter tous mes effets… »

Je glousse et attrape sa main. Nous courrons pour ne pas rater la correspondance….

Qu’il est dur d’être un homme

23 Avr

Être cultivé, gagner de l’argent, briller par sa gentillesse et sa bonne éducation, faire rougir les fesses des filles, être un professionnel reconnu et respecté, choper tout ce qui passe sans effort. J’ironise un peu, mais, c’est vrai qu’il est dur d’être un homme.

Cela m’est venu alors que je lisais ma timeline Twitter. Un ex (salut chouchou et salut les potes de chouchou) se vantait d’avoir le numéro de sa conquête de la veille sur un bout de papier avec écrit à côté « canal plus » sans le « c ». ANAL PLUS  quoi, en toute finesse.

Et là je me suis dit, mon Dieu mais qu’il est dur d’être un homme.

Le choix stratégique en début de soirée pour verrouiller sa cible : ni super canon (sinon aucune chance), ni le dernier des tombereaux sinon ça va se savoir, pas trop maquée, un peu alcoolique. L’énergie (et la thune ?) à dépenser pour faire rêver cette jeune fille pendant plusieurs heures avant qu’elle accepte l’idée de se faire retourner dans la soirée. Créer un monde féerique où se mêlent tendresse, rires et assurance d’un orgasme dès la première nuit. Être un super coup et bander comme un âne quelque soit la quantité d’alcool ingurgitée. Investir à fond sur son plaisir à elle. Jouer au gentleman extraordinaire  (« tu veux de l’eau ? ») jusqu’à ce qu’elle s’endorme fatiguée dans un sommeil de princesse. Dormir d’un œil et prier qu’on ronfle pas comme un goret dès le premier soir (parce que les mecs ne ronflent jamais le premier soir pour une raison qui m’échappe. C’est toujours au bout de quelques nuits, quand vous êtes un peu verrouillée sur la cible, qu’ils se mettent à ronfler). Au réveil, maintenir une érection solide le rêve et éventuellement aller bruncher aux Philosophes. L’embrasser pour se dire au revoir, ça fait plaisir et ça n’engage à rien.

Une fois la phase Prince Charmant achevée, l’homme ne se repose pas (alors que ca fait pas loin de 12 heures qu’il joue un rôle de composition). Non, il doit maintenant assurer sa comm auprès de ses potes. On enlève le costume de Prince Charmant et on enfile celui du tocard du mec viril.

Heureusement, plus question d’investir du temps et des dollars, un tweet lapidaire suffira. Choisir son heure : après midi pour bien faire comprendre que non seulement vous l’avez niquée hier soir, mais qu’en plus vous avez remis le couvert toute la matinée. Grosses couilles donc. Faire un effort de LOL. « ANAL PLUS » par exemple, c’est apparemment un trait d’humour fin entre hommes autour d’une bière. Je suis sure que le simple mot « anal » suffit d’ailleurs. L’homme se doit de passer sans effort du mec parfait (donc un peu trop gonzesse) au gros porc. Il n’est ni l’un, ni l’autre, tout va bien.

Enfin, après une demi-journée d’efforts (ce qui rapporté aux 48h de WE et à maximum 2 rapports sexuels complets, parait quand même bien long), l’homme pourra aller se reposer de toute sa schizophrénie, sans même savoir s’il veut vraiment rappeler la grosse d’hier soir, s’il a pensé et s’il se souvient de 20 % des conneries qu’il lui a racontée, si effectivement il lui aurait bien pris les fesses (ou peut-être même qu’il n’aime pas ça, comme beaucoup d’hommes, mais ça fait paradoxalement trop gay de l’avouer).

Et on s’étonne que le SAV laisse à désirer ?

You can catch more flies with honey than with vinegar…

25 Fév

Je ne sais pas si c’est une vue de l’esprit, mais je constate que le nombre de types odieux dans leurs relations avec les femmes est en constante augmentation. Comme si une proportion notable d’hommes s’était mis en tête que la gentillesse, l’empathie ou l’élégance étaient des signes de faiblesse et les reléguaient au statut de losers ou de « tapettes ».

Je voudrais quand même préciser à ceux qui l’ignorent que même si nous n’affectionnons pas forcément le soupirant gluant qui nous tartine de compliments, nous passe tous nos caprices et aime jusqu’aux borborygmes de nos intestins,  un mec qui pointe systématiquement nos failles et nous parle comme à une demeurée  a autant de sex appeal qu’une plâtrée de tripes bouillies.

Alors c’est vrai, que comme on est femme, on est un peu comme la petite voix dans la pub Orangina rouge : « Mais pourquoi est-il si méchant ?! ». On a des gènes d’assistante sociale, de mère larvée, de psy de comptoir alors connement on essaie de comprendre c’est quoi le truc avant de les envoyer roter et vomir plus loin. Œdipe mal digéré, adolescence ingrate, complexe de la petite bite? On est pétrie de bonne volonté pour comprendre, excuser, réparer alors qu’en fait, force est de constater qu’on n’y peut rien même si c’est nous qui nous prenons les postillons sur le coin du nez. Certes ce constat ne concerne qu’un petit nombre d’hommes mais souvent concentré dans la tranche d’âge qui m’occupe le plus souvent, les 35 et un peu plus… Ceux là ne peuvent même pas prétendre que la libération de la femme les a chamboulés, ils nous ont toujours connues cochonnes et autonomes. Alors quoi ?

C’est vraiment obligé de se prendre dans la gueule quand on s’attache un peu, que ce sont  « nos hormones qui parlent « , qu’on veut les « castrer » ou qu’on est une chieuse dés on n’est pas d’accord avec eux ?

Pour ma part je réalise qu’il y a véritablement chez ces types une confusion évidente entre être viril et être un gros connard un infâme goujat et finalement, on regretterait presque les concours stupides d’adolescents qui jouaient à qui pisserait le plus loin.  Au moins ils ne le faisaient pas sur nous…

Tout en lourdeur. La chute aussi.

7 Oct

Je me plains régulièrement d’être célibataire, suite à un CDD de PCRA germanisant qui s’est terminé au début de l’été. Alors oui, ce n’est un secret pour personne, l’hiver arrive et il commence à faire frais. Je suis aussi sujette aux migraines et j’ai besoin de sexe de câlins pour les calmer. C’est donc un besoin entièrement THERAPEUTIQUE, rien de plus.

Mais ca ne veut pas dire que je suis prête-à-se-taper-le-premier-venu. Surtout pas le premier gros lourd (GL from now on) venu. Non mais oh, on a des valeurs et des principes tout de même (auto-persuasion) ! 🙂

Parce que ça, même dans ma province isolée, j’en ai à la pelle. Dont un au bureau, histoire de rendre mes jours de migraine encore plus agréables, sinon je m’ennuierais.

J’ai donc GL sur le dos depuis maintenant quelques semaines. Avant, il était encore dans la phase timide-et-discret, et j’étais bien trop occupée avec mon PCRA pour m’en soucier, soyons clairs. Depuis, les choses ayant changé, GL a pris de l’assurance. CDI en poche, il est persuadé d’être un parti sans égal, le top du top, ou ‘crème de la crème’ comme disent les Englishs. Mais voilà. GL a fait une école d’ingé, et GL n’était pas dans les « cools » de sa promo, clairement. Plutôt dans la catégorie Nobode. (oui, j’ai été nobode, mais nobode volontaire, rien à voir, merci). Pourquoi un nobode-no-life ? Parce que GL ne sait pas draguer. Et GL s’est fait avoir comme un débutant lorsqu’il a commandé « Flirting 101 » sur le net. Il a du recevoir la version 12-15 ans.

J’ai l’impression d’être au collège. Et encore, avec mes camarades de l’époque les plus mauvais. Les blagues vaseuses à répétition. Les compliments déplacés qui se veulent charmants. Les piques permanentes (embêter la nana qui t’intéresse, ça peut marcher, mais toute stratégie a ses limites). Les allusions pas si allusives, lourdes. Les questions incessantes, lourdes aussi. Les incrustes, fatiguantes.

Quelques exemples pour situer (classe inside, évidemment) :

–          ‘ah on n’est pas que tous les deux en amoureux au ciné ? je boude alors’

–          ‘bonjour la plus jolie des filles de l’open space’

–          ‘ne force pas trop au sport, si tu veux que je continue à regarder tes fessiers, ils sont très biens comme ça’

J’arrête là le déballage de classe et d’élégance, je sursaute devant mon écran à chaque déclaration…

Si j’en crois les dernières fuites, GL pense que je l’apprécie, voire que je suis une fan inconditionnelle de son humour fin et délicat. J’attends en fait avec impatience le jour où il tentera une vraie approche.

Car je ne saurais exprimer ma joie de devoir le rembarrer. A l’ancienne, un non bien calé. Je ne suis pourtant pas cruelle à la base, mais je suis persuadée que ça serait pour son bien.

Feel free to agree or disagree.