Tag Archives: gourde

Fuck me but not twice…

4 Fév

Ne rêvons pas ! La probabilité pour qu’un ex qui nous a trainée dans la boue nous donne l’occasion de lui rendre la tarte qu’on s’est prise est relativement rare et c’est souvent quand on ne l’attend plus d’ailleurs que le bâtard le type en question se pointe, la bouche en cœur, avec derrière la tête, la vague idée de se vider les couilles prendre de nos nouvelles.

Attention je ne parle pas du mec avec qui on n’a pas réussi à passer au niveau supérieur à cause d’incompatibilités d’humeur ou parce que les sentiments n’étaient pas du même tenant. Je parle de la raclure, de l’enfoiré, du crevard du type qui a profité de notre petit faible pour nous prendre pour une conne manipuler.

C’est pour cela que lorsque ce moment béni se présente il convient de s’en délecter et de ne pas rater son coup. Ne pas se leurrer, si ce connard cher amour se souvient soudain de notre numéro de téléphone après six mois d’absence, ce n’est pas parce qu’il éprouve des remords mais surement parce qu’il se trouve à un moment critique de sa vie où il a besoin de se rassurer sur sa séduction, et quoi de mieux que la pauvre gourde chouette fille que nous sommes pour lui regonfler l’Ego. Je vous épargne l’évidence de s’habiller de façon à mettre tous nos atouts en valeur, sans être ostentatoire, une jupe trop courte ou un décolleté tapageur pourrait lui laisser supposer qu’on est morte de faim et qu’on cherche à le séduire à nouveau.

Même si on crève d’envie de lui balancer à la gueule que c’est un pauvre type qui nous a presque donné envie de rentrer dans les ordres après notre rupture, ou de devenir lesbienne, se montrer magnanime et détendue. Laisser venir la bête sans impatience, et elle viendra car si on lui a permis de nous voir, elle se croit déjà autorisée à presque toutes les libertés.

Feindre de s’intéresser à lui, à ce qu’il est devenu, montrer de l’empathie quand il nous raconte ses petits malheurs et ses grandes remises en question (sic). Ce n’est pas compliqué d’ailleurs puisque de toutes façons il ne sait que parler de lui. Et lorsque, mis en confiance, il nous déclare qu’il ne pense qu’à nous prendre en levrette n’a jamais vraiment réussi à nous oublier, c’est le moment de répondre calmement :

« Tu sais, quand je t’ai connu, je me cherchais vraiment et je serais tombée amoureuse de n’importe qui… Je voulais savoir ce que tu devenais, mais je réalise que tu as épuisé le reste d’intérêt que j’avais pour toi. Je suis contente que tu aies l’air plus apaisé, mais je pense que c’est mieux si tu en fais profiter quelqu’un d’autre. »

Il y a fort à parier que nous n’ayons plus jamais de nouvelles de ce rebut de la gent masculine mais après tout, ça ne changera pas grand chose et ça a le mérite de soulager…

Faut pas prendre les filles du bon dieu pour des dindes domestiques

2 Jan

En ce début d’année 2011, je fais un vœu, que les hommes arrêtent de nous prendre deux secondes pour des gourdes, ça nous fera des vacances…

Non, votre sperme n’est pas « excellent » pour notre peau. Une éjac faciale peut plaire à certaines, au mieux nous donne l’air d’un sapin de noël avec une guirlande blanche dans les cheveux, au pire pique un peu les yeux si la trajectoire est hasardeuse mais par pitié, n’essayez plus de nous faire gober que votre semence est gorgée de vitamines et d’oligo-éléments qui vont transformer notre teint d’alcoolique mondaine en peau de pêche.

Est-ce qu’on vous fait croire que nous brouter le minou faire un cunnilingus va vous faire pousser les abdos ?

Cessez également d’essayer de nous convaincre qu’on est coincée sous prétexte qu’on vous refuse la sodomie. Outre le fait que la prostate dont vous êtes détenteurs exclusifs fait de vous des candidats à la jouissance anale plus probables, vous n’êtes pas forcément outillés (et je ne parle pas de ce qui pend entre vos jambes) pour faire le job.

« L’entrée des artistes » réclame doigté, maitrise et talent ce dont la plupart, la faute à la porn generation, manque cruellement. Alors que les mêmes, avec une mine offusquée, s’insurgent « mais je ne suis pas un pédé moi ! » lorsqu’on tente de leur glisser un doigt dans le cul au plus profond de leur intimité, je rétorque « Devine quoi ? Moi non plus ! »

Enfin, ce n’est pas parce qu’on est libérée, qu’on est obligée de faire un plan à trois avec votre meilleur pote. Il a beau être sympa (même s’il a le regard torve et une haleine de hyène agonisante), vous considérez peut-être que tout ce qui est à vous est à lui, mais voilà… Ce n’est pas parce qu’on vous laisse jouer avec nos nichons nous que c’est open bar et que parce qu’il se sert, sans vous demander, une bière dans votre frigo, il a le droit de mettre sa grosse main moite dans notre string en dentelles…

A part ça, je vous souhaite une bonne année parce que quand même, vous avez beau être imparfaits messieurs, vous nous faites bien rire (et jouir accessoirement) et sans vous la vie manquerait douloureusement de relief.

 

Marla