Tag Archives: happy

Oh! Holy Holidays.

11 Déc

Ce soir, sous l’emprise de Zolpidem (j’ai remarqué que ma verve était plus pêchue avec) j’ai décidé de faire un post girly creepy happy.  I’M SO FINE. Si seulement je savais faire les petites notes de musique blog style (vous savez celles qui entourent les paroles de chanson de Rihanna), j’en mettrais plein partout parce que la musique pour moi, c’est TROP le délire.

Tout ça pour dire qu’en ce mois de décembre je ne peux que me réjouir de revoir bientôt ma famille complètement disparate mais réunie pour l’occasion (mis à part le gros relou qui ne veut pas payer un billet à 1500 euros, on s’en souviendra SALAUD). Soeur d’un geek vivant sur une île à 80% sidaïque, d’une  mère célibataire de 2 enfants que je tente de vendre pour leur beauté incommensurable, d’un couple consanguin asiatique nous ayant fourni un petit sumo adorable, fille d’un père qui ne veut plus se laver les cheveux tant qu’il n’a pas défoncé la boite de son ex boss et d’une mère targetée par le FBI pour les billiards de Giga qu’elle télécharge ILLEGALEMENT, je sais que mon Noël protestant sera réussi. Parce que nous ne partageons qu’amour, oranges, frois gras, vin rouge qui coute un bras et de la salade que nous n’avons pas le droit de couper au couteau.

Moi je m’en fous pas mal de ces principes de gros radin, j’ai envie de dépenser les dollars que je n’ai pas pour que tous mes petits bouts de choux (je ne suis pas aussi tendre avec ceux des autres, enfin si, mais pas de la même façon) passent un vrai Nöel de capitaliste, mais tout ça avec une petite pensée pour le Jésus, (le Jésus de notre crèche étant assimilé au true one) que l’on va encore passer 3 jours à chercher parce que mon frère ne saura plus où il l’a caché, pour finir par le mettre dans la crèche en papier cul.

Et mon chat (ah non il est mort) comme mes neveux et nièces s’amuseront à faire rouler les boules du sapin et à faire tomber les épines et ça fera hurler ma mère parce qu’elle est vraiment du genre à acheter des boules à 17 euros, celles qui se cassent dès qu’elles touchent une surface différente de l’air. Mais nous ça nous fera RIRE AUX ECLATS.

Mais rien ne peux remplacer l’état de transe de ces mini humains lorsqu’ils découvrent la maison décorée et le fucking amas de cadeaux dont la valeur pourrait nourrir l’Ouganda. Je finirai en pleurs, en train de shooter partout avec mon nouveau Olympus Pen EP1 qui claque sa race. et plusieurs mois après et années sûrement aussi, je regarderai back then  et je sourirai, heureuse d’avoir pu profiter de si belles fêtes familiales, sans disputes et avec beaucoup d’amour.

Et même si en temps normal j’aurais sûrement commis une série de meurtres, je sais bien que c’est la rareté des moments passés avec eux comme le temps qui se déroule si vite qui fait que je les aime encore plus à chaque fois que je peux profiter de leur présence.

La famille, c’est vraiment chouette. Et Noël aussi. Je m’en vais de ce pas manger d’avance le chocolat de demain.

Cap ou pas cap ?

30 Sep

Je me dis toujours que ce sont les petites choses de la vie qui au final font beaucoup. Les petites victoires qui permettent d’être joviale et heureuse au quotidien.

Tout le monde se souvient de Jeux d’Enfants, et du fameux « cap ou pas cap » entre Guillaume Canet et Marion Cotillard. Un de mes films favoris au passage.

Il se trouve que je suis aussi du genre à me lancer des petits défis, régulièrement. Parce que j’aime le challenge, tout ça (+1 en entretien d’embauche, ea-sy), mais aussi parce que si je ne le fais pas, je n’ai pas la satisfaction d’avoir réussi. J’entends à ma gauche mentionner la déception de l’échec, je ne vois absolument pas de quoi tu parles, je ne suis qu’excellence!

Ca peut être tout et n’importe quoi. Allez, je suis sûre que je peux me lever à 6h pour aller au sport. Ou rentrer dans ce jean taille 36 si je m’allonge sur le lit et que j’arrête de respirer. Ou que je peux me laver-les-cheveux-les-sècher-me-maquiller-m’habiller-et-etre-prete-et-canon en 20 minutes (je l’admets, échec régulier sur celui-là). Cap de boire autant que mon meilleur pote (mauvaise idée aussi). Chiche je drague le mec au bar là-bas. Même pas j’envoie un sms à ex-qui-me-manque-quand-je-déprime, je suis forte, je ne le contacterais pas (pendant 2 jours). Allez, personne n’est rentré avec mon profil avant, mais je vais être admise dans cette école. Etc etc. Cap de manger 5 petits beurres en 1 minute et les avaler (je le lance celui-là, TROP BALEZE).

Le dernier défi à la con en date, « carrément je peux courir un 10km, facile, sans entrainement, attend c’est rien 10km ! ». Alors OK, je me suis un peu emballée. J’en ai bavé, j’ai failli abandonner 12 fois en route, parce que bien entendu il pleuvait, je suis sortie en boite la veille (ne jamais faire les choses à moitié…), et j’ai raté le départ collectif pour cause de navette en panne. MAIS JE L’AI FAIT. Et en un temps pas ridicule du tout si on considère que je mesure 1m12 et que je n’avais aucun échauffement.

Et rien que pour ça, je suis fière. Fière d’avoir couru, d’avoir fait un temps correct, et d’avoir gagné mon pari. M’être prouvé une énième fois que j’ai la niaque quand je veux. La volonté avant tout. (Parce que soyons honnêtes, ce ne sont pas mes jambes qui ont fait la course, c’est ma volonté. Et surtout la peur d’avoir à déclarer forfait. Avouer un échec, alors que j’avais parlé à toute la planète de ma course).

Donc voilà, quand on veut, on peut. Et la peur du ridicule et de l’échec font de moi une niaqueuse. (PetitRobert ne lit pas cet article stp), qui se surpasse et à mal aux cuisses et mollets comme jamais depuis quelques jours du coup. Qui se dit que si elle ne tente pas, elle ne saura pas. Bon ok, pas pour tout. Mais si je m’écoutais toujours, moi et mon démon du challenge, je serais sur un vélo ce wkd à faire un 30km, « pour voir si j’en suis capable ». Donc parfois je met mon égo en sourdine… pour le bien-être de mes muscles jambiers.

Conclusion : il ne me reste plus qu’à appliquer cette technique à ma non-vie amoureuse, et BINGO je rencontrerais mon prince charmant, l’homme de ma vie, avec labrador, 3 enfants, une maison en Normandie et un appartement à Courchevel. Me lancer des défis pour voir si ça fonctionne pareil, draguer tout être masculin des environs intéressant et beau-gosse, montrer que j’ai la dalle mes atouts, et me caser trouver un mec déjà. Wish me luck? !