Tag Archives: mec

The best birthdays of all are those that haven’t arrived yet.

25 Juil

Je suis sortie avec  3 types de mecs :

  • Ceux qui, avec une pudeur déplacée, ont ignoré mon anniversaire,
  • Ceux qui m’ont refilé des trucs pires que ce qu’ils avaient offert à leur génitrice à la fête des mères,
  • Ceux qui me l’ont souhaité par mail / FB / Twitter.

(Si je veux être exhaustive, il existe une 4ème catégorie, celle des tocards qui ont répondus alternativement aux 3 types précédents et qui, du jour où je les ai quittés, ont profité de cette sainte journée pour m’envoyer des mails larmoyants au nom du « bon temps », comme pour me forcer à leur parler ne serait-ce que pour leur répondre aimablement.)

Cette année, mon nouveau copain aimant me l’a souhaité par message privé (après avoir passé le week-end avec moi).

Le mec de 2010 m’avait droppé « Bonne journée » sur mon wall FB.

L’année d’avant, le gars a fait le mort après m’avoir sauté et promis monts et merveilles (notamment une relation stable) à ma birthday party.

L’année encore avant, le mec avait ignoré mon anniversaire car il était en voyage aux US (j’imagine que les américains n’utilisent pas comme nous un calendrier Grégorien).

Restons concis, sur ces dix dernières années mon plus grand trophée est un t-shirt « Barbie is a slut ».

Je trouve qu’il y a une sensible amélioration (message privé > ignorance pure et parfaite), je peux vraisemblablement espérer que mon copain de 2015 me le souhaite de vive voix mais pour le cadeau, ce ne sera pas avant mes  40 ans. Cela viendra probablement de mes enfants, ne nous voilons pas la face. Ou, tant qu’à être parfaitement honnête, de mon amant (parce que si mes copains se sont illustrés dans la nullité la plus totale, les ex plans culs et dragueurs BG, eux, savent saisir l’occasion de me montrer qu’ils aiment me faire plaisir).

The best birthdays of all are those that haven’t arrived yet…

I was born FREE.

8 Déc

Parce que la guerre froide homme/femme s’enracine et que je vois les têtes tomber les unes après les autres dans la boue des combats, alors que telle Luz je me relève après la moindre attaque, je vais moi aussi faire la loi. Je vais faire La Revoluçion en soutif.
Inconscientes que vous êtes de croire que je n’ai aucune expérience. Et pourtant la manipulation requiert davantage de savoir faire que la sodomie. Vous vous ruez sur tout ce qui bouge en espérant secrètement que le charming prince va se ramener et en oubliant que ce n’est pas la grosse cochonne qui récupère le pactole at The End. Vos fuck friends deviendront rarement le père de vos enfants. Ou alors c’est que vous travaillez au bois.

Moi qui n’ai fondamentalement besoin que de fame et d’argent de rien, je me retrouve toujours avec des lovers dans les pattes. « Trop facile grâce à ton physique », me direz-vous. Et je le conçois parfaitement. Seulement ce n’est pas tout, il existe une tactique que j’ai trouvée à mes dépends : les traiter comme des moins que rien, m’asseoir sur leur dignité, roter, chanter du Miley Cyrus, leur dire que je déteste et trouve sale ce qui a attrait au sexe, et clairement leur avouer que je n’aime que les prépubères. Moi qui pensais y échapper, j’écope donc souvent d’un « toi j’aimerais te connaître davantage », meaning « tu es trop chou et intelligente et belle pour me servir de toi comme d’une poupée gonflable, je voudrais t’épouser » (je compte tester la technique sur Justin Bieber, CROISONS LES DOIGTS)

Ok ça veut peut être dire « Mazette, tu vas être pénible à pecho, tu seras donc mon challenge et je finirai par te fourrer à l’arrière d’une buick ». Dans ce cas, je peux me servir de lui comme d’une carpette pour finalement ne rien lui offrir à la fin. I’m a monster.

In any case, je ne me fais JAMAIS avoir et je ne finis pas en pleurs.

Alors les amies, si vous comptez pecho du mâle, oubliez les expressions vantardes comme « moi je préfère les gros gourdins, je n’ai pas de gode ». N’oubliez pas qu’un jour vous aurez « les grandes draperies » et qu’à ce rythme c’est à 37 ans que vous les découvrirez. Si vous devez cacher que vous apprécier le garçon en question, ce n’est pas derrière la dépravation que vous devriez le faire. A moins que, TELLE UNE HEMEROCALLE, vous ne souhaitiez durer qu’une nuit. Conclusion : Investissez donc dans un sex toy.

PS : Un jour j’écrirai sur quelque chose que j’aime, je vous jure.

Montre moi ton mec, je te dirai qui tu es

16 Oct

Bien sur qu’on juge nos congénères aux mecs qu’elles s’appuient.

(Surtout quand, comme moi, on est célibataire les 3/4 du temps, ça nous permet un peu de justifier notre condition socialement suspecte.)

Voici 4 profils de filles qu’il FAUT avoir dans son répertoire.

  • La nana qui se tape un roux

La nana qui s’envoie du roux, elle est anticonventionelle, un peu fofolle, libre penseuse. C’est le genre de nana qui choisit jamais le truc mainstream : Quick plutôt que McDo, cheerleading plutôt que gym suédoise, trompette plutôt que violon, espagnol 1ère langue plutôt qu’anglais… C’est la nana qu’on rêve toutes d’être, en fait.

  • La nana qui se tape un con

Elle justifie le truc comme elle veut « non mais Olivier, il a eu des difficultés, mais tu vois il a entamé une formation... ». Alors que bon, elle sait qu’elle se fait un demeuré, nous aussi, si ça se trouve même Olivier sait qu’intellectuellement, il up-date. Ou elle n’a pas confiance en elle et soumettre socialement son mec l’aide à se sentir bien, ou elle est terriblement pragmatique et elle préfère dominer son mec pour dominer sa vie. La meuf qui se tape un con présente néanmoins un avantage social : ses relations affectives sont d’une stabilité singulière. Quand on va mal, on la regarde et on se dit que c’est possible d’être heureuse avec un (seul) homme. Quand on va bien, on la regarde et on se dit qu’on est vraiment mieux seule avec nos hommes.

  • La nana qui se tape un mec qu’on voit jamais

Ou elle planque une absence de mec, ou elle planque un roux une meuf, ou elle planque votre papa quelqu’un que vous connaissez, ou alors TOUT SIMPLEMENT, elle segmente ses relations sociales à mort. Avec vous, c’est une ado attardée qui récite l’alphabet en rotant, avec lui, c’est la meuf qui connait tout le personnel de chez Castel. Elle sait que cet équilibre n’est pas viable, mais quand on est à ce point dans l’incohérence, l’instabilité est un art de vivre, et c’est surement pour ça que vous l’aimez.

  • La meuf qui se tape un mec maqué (pour la 40ème fois)

Sauf malédiction surnaturelle comme dans le cas de Dora qui n’est bien entendu qu’une victime d’un sort maléfique, la meuf qui ne fait que dans le mec maqué n’y va pas par hasard. Assurée d’avoir un peu de suspens, d’adrénaline, de drama à un risque d’engagement quasi-nul, elle a développé au fur et à mesure des années un radar à mecs maqués dont la précision n’a d’égal que sa mauvaise foi qu’en scandalisée elle vous lance que « C’est ENCORE un mec maqué, y a un truc d’écrit sur mon front-ou-quoi ?« . La meuf à mecs maqués est certes pénible quand, alors que ça se termine, elle fait semblant d’y avoir cru, mais elle permet tout de même à son cercles d’amiEs de trasher en réunion l’ensemble des hommes de manière parfaitement désinhibée et injuste, et par ce biais, elle contribue à resserrer les liens amicaux entre filles.

Je conclurai sur la meuf éternellement célibataire (sauf que contrairement à Diana ou moi, c’est pas un choix de vie), qui recherche en toute simplicité un mec beau comme Mark Salling avec l’intelligence (et la thune) de Bill Gates, le sens de l’humour de Megaconnard (quelle suce-boules je fais) et le charisme de Richard Berry et qui nous ennuie profondément par son manque d’originalité. Chères amies, tapez-vous des abrutis, des mecs mariés, ce que vous voulez, mais je vous en supplie, ne jouez pas les princesses frustrées.