Tag Archives: orgasme

Trouve mon point G dans les régions limbiques de mon cerveau

24 Mai

Dans les fantasmes de Marla, il y a des hommes qui ne disent rien et se contentent de la prendre sauvagement dans les chiottes d’un aéroport ou sur une couche de fortune. Ils ferment leur gueule se taisent et c’est tant mieux parce que dans ces rêveries-là, même s’ils ont des mains de pianiste, un cul de danseur de salsa et une bouche qui roule les pelles les plus indécentes du monde, il n’y a pas vraiment de place pour la parole.

Mais s’il y a un truc qui me rend folle, ce sont les hommes qui savent écrire, suggérer, et glisser dans certaines phrases qu’ils distillent avec subtilité des doubles sens à teneur érotique ou carrément porno. Je parlais il y a quelque temps des queutards dont le langage du corps, à la fois élaboré et direct me ravit. Je vais parler de ceux qui, parce qu’ils ne peuvent pas, se l’interdisent ou tout simplement aiment faire monter le désir jusqu’à son paroxysme, allument, attisent et liquéfient les sens.

Pour apprécier le jeu, il faut en poser les règles. J’ai lu et entendu tant d’histoires de femmes (et d’hommes) épuisées d’attendre une secousse bien réelle qu’elles n’obtenaient jamais que je me dois de prévenir que cette activité n’est réjouissante que si on connaît les aspirations de son interlocuteur et qu’on n’espère jamais lui extirper ce qu’au fond, par principe, ou par défi, il ne veut pas donner. Le mieux d’ailleurs est d’être dans la même tournure d’esprit.

Je parle ici de l’échange érotique littéraire pour la beauté du geste, pour titiller l’endroit même où les fantasmes les plus inavouables se cachent. Touts les coups sont permis puisqu’ils prennent la forme d’un jeu de rôle dans lequel on se met en scène, de cadavres exquis ou de joutes verbales où la provocation alterne avec le badinage pur et simple.

Les fins de cet exercice sont obscures et personnelles à chacun. Pour ma part, il réactive et enrichit le contenu de ma machine à fantasmes, surtout quand après l’hiver je me suis contentée de quelques rapports hygiéniques pour entretenir ma forme. Pour peu qu’on ait un peu d’imagination, ce qui se devine entre les lignes évoquent presque d’avantage d’interdits que ce qui nous sera donné d’écrire. Le plaisir que ce jeu me procure quand le partenaire est à la hauteur de l’exercice est de l’ordre de l’orgasme cérébral, frustrant par moment mais de toutes façons moins que si on passait à l’acte avec la personne avec laquelle on s’y est adonné.

On peut trouver ça tordu, masochiste même, mais quand on le fait en connaissance de cause, c’est férocement excitant.

L’aventure doit cependant être de courte durée au risque de préférer définitivement l’adrénaline du stupre virtuel, aux endorphines d’un orgasme bien réel…

Ta soi-disant expérience n’est pas une arme de séduction massive

30 Déc

Je voudrais lutter contre les idées reçues… Un mec de quarante ans ne baise pas forcément mieux qu’un de vingt-cinq. J’irai même plus loin, un mec de 40 balais ne baise pas forcément mieux que lorsqu’il en avait 15 de moins…

J’entends déjà les huées et les sarcasmes.

Je développe… En bonne hédoniste sexuelle, je suis plutôt ouverte aux nouvelles expériences, c’est donc tout naturellement que j’ai élargi mon spectre en matière d’amants. Alors qu’il y a quelques années je me refusais à m’encanailler avec des types qui avaient plus de 5 ans de moins que moi, un beau jour j’ai viré cougar… à temps partiel.

Sans chercher à me justifier, pour une fois ce n’est pas moi qui suis allée à la pêche, le vingtenaire est effronté et persévérant quand il s’agit d’arriver à ses fins. Et je passe sur l’évidence qu’un petit cul estampillé milieu des années 80 est hautement érogène, parce que passé le premier émoi tactile et visuel, d’autres bonnes surprises peuvent être au coin du King size.

Je rejoins Madonna sur un point, si les jeunes hommes ne savent pas forcément ce qu’ils font, ils ont le mérite de le faire jusqu’au bout de la nuit… Ce qui, je vous l’accorde peut se montrer fatigant à la longue mais qui laisse pas mal de temps pour aiguiller le ledit jeune amant vers ce qui nous fait grimper aux rideaux…

Un bon coup n’attend pas le nombre des années. Je ne prétends pas ici que c’est inné mais la curiosité et l’ouverture d’esprit indispensables à ce jeu se pointent bien avant le premier tour de grand huit. Le bon coup en herbe écoute, est avide d’apprendre, prend l’expérience comme l’occasion d’enrichir sa connaissance du corps féminin (et accessoirement du sien), ne fait pas la gueule quand vous lui demandez de changer de rythme, fait preuve d’inventivité et n’est jamais aussi heureux que lorsqu’il vous arrache un orgasme. Le graal en sorte !

En revanche je suis au regret de constater que le mâle, passé trente ans et ce à quelques exceptions prés, table le plus souvent sur ses acquis.

Acquis qui la plupart du temps n’exploitent même pas à moitié le potentiel de jouissance de leurs partenaires.

Sans vouloir être décourageante, si tout se joue avant trois ans pour un enfant, j’affirme que tout se joue entre vingt et trente ans pour un mec.  Si au delà il n’a pas compris qu’un clito n’est pas un bouton poussoir  sur lequel on s’acharne, et que le cul, c’est comme une partie de basket, c’est pas le panier qui compte mais la beauté du drible, il peut d’ores et déjà se considérer comme un basket case cas désespéré.

En ce qui concerne les conversations post coïtales je reconnais que l’avantage va le plus souvent aux trentenaires et plus, mais c’est un autre débat que j’aborderai peut-être une autre fois…

Marla

Un bon ex est un ex servile

27 Déc

Votre histoire est terminée, de l’eau a coulé sous les ponts, à tel point que vous entretenez dorénavant des relations extrêmement cordiales, voir amicales avec votre ex… Bien joué.

Vous êtes même à 2 doigts (houhou humour) d’entretenir des relations sexuelles avec lui, et là je dis, « attention ».

(Je vous fais grâce du passage « gnagna retomber amoureux » tout ça. On sait tous ce qu’on risque)

Le sexe, c’est bon, le sexe c’est important, le sexe, c’est la vie et la santé mentale pour certaines, on se l’accorde tous. Mais est-ce que votre ex sera vraiment le meilleur provider en la matière ?

Je n’ai qu’une règle, un ex qui vaut le détour, est un ex qui vous donnait un orgasme à chaque fois. Pas moins. Oui la barre est haute, mais à moins que ce soit exceptionnel, il faut arrêter de regarder en arrière (tentative d’humour).

Vous ne baiserez jamais mieux que lorsque vous étiez ensemble, n’idéalisez rien, ne vous laissez pas monter le bourrichon avec des concepts à la con « il connait ton corps et tout ». Les autres apprendront.

Car l’ex peut vous donner beaucoup mieux que du sexe.

Lui y croit clairement ; et je vous encourage à laisser le doute planer : « oui moi aussi je me souviens » *petit air coquin* alors que rien du tout, vous vous en tapez royal et vous vous souvenez plus de la tronche de ses caleçons que de celle de sa bite.

L’ex est potentiellement l’homme le plus serviable et corvéable de votre entourage, il est sensible, il connait vos goûts, il est fier d’être auprès de vous (sans se taper les emmerdes qui vont avec, enfin c’est ce qu’il croit), ne laissez pas passer une occasion pareille. C’est votre nouveau meilleur ami gayz.

Envoyez-lui une photo de vous dans votre nouvel ensemble de lingerie, faites-vous accompagner à des teufs où vous ne connaissez personne, racontez lui par le menu votre vie affective (évitez votre vie sexuelle, ça pourrait finir par l’agacer), trainez le dans vos expos d’intellos, allez aux Chandelles, bref, vivez la partie de votre relation que vous n’avez pas réussi à négocier pendant.

Tout le monde dit que flirter, c’est génial, OK. Pendant c’est pas trop mal non plus, sinon on ferait pas autant la gueule quand on se fait jeter, mais je trouve qu’il y a une partie des relations affectives qui est, à tort, négligée, c’est le SAV.

Mes amours d’amants

5 Sep

Il y a ceux qui s’y prennent mal, définitivement.

Calculant chacune de leurs approches, chronométrant chaque position, les enchaînant dans un ordre précis, ils te baisent comme ils joueraient à un jeu vidéo. Je l’ai léché, hop, +15 points, même si elle n’a pas d’orgasme, elle dira à ses copines que c’était bien. Et puis ça prouvera que je suis attentif à l’autre et tout.

Pour les pires d’entre eux, ils essaieront la carte de l’endurance. Dramatique. Parce que s’ennuyer est une chose, mais passer un bout de temps, on a mal, on sent l’infection urinaire venir, et le corps suant de l’autre devient insupportable.

Dans les mauvais, il y a évidemment ceux aussi qui sont persuadés que si tu n’as pas grimacé, ou pire si tu as gémi à un moment, c’est que tu jouissais, forcément. C’est mignon pendant les premières années de leur vie sexuelle, mais d’expérience un homme de 40 ans qui vous parle de votre orgasme que vous n’avez jamais eu, ça refroidit.

Et puis il y a aussi des amants incroyables. Pas ceux qui vous font jouir systématiquement (bien que ce soit déjà incroyable quand même), avec qui on est bien, et d’ailleurs c’est bien leur problème, on est bien avec eux, on s’enferme dans ce paradis doré de la jouissance assurée, on essaye de moins en moins d’autres choses, et bientôt faire l’amour est devenue une agréable mais simple habitude.

C’est déjà de l’or en barre (quand même)

Mais les amants incroyables, c’est différent. Je pense qu’ils ne devraient rester que des amants. Ils vous transcendent. Pas au sens d’un orgasme d’un autre monde, mais au sens où vous n’êtes plus vous-même, vous n’êtes plus qu’un animal, et c’est douloureux, mais c’est tellement bon. Tout devient possible pendant quelques heures et vous vous rappelez combien c’est bon de respirer. Si c’est interdit de faire du sexe avec, c’est évidemment encore meilleur. Mais pas indispensable, non plus. C’est rare un amant comme ça. Comme une rencontre amoureuse.