Tag Archives: rebellion

I was born FREE.

8 Déc

Parce que la guerre froide homme/femme s’enracine et que je vois les têtes tomber les unes après les autres dans la boue des combats, alors que telle Luz je me relève après la moindre attaque, je vais moi aussi faire la loi. Je vais faire La Revoluçion en soutif.
Inconscientes que vous êtes de croire que je n’ai aucune expérience. Et pourtant la manipulation requiert davantage de savoir faire que la sodomie. Vous vous ruez sur tout ce qui bouge en espérant secrètement que le charming prince va se ramener et en oubliant que ce n’est pas la grosse cochonne qui récupère le pactole at The End. Vos fuck friends deviendront rarement le père de vos enfants. Ou alors c’est que vous travaillez au bois.

Moi qui n’ai fondamentalement besoin que de fame et d’argent de rien, je me retrouve toujours avec des lovers dans les pattes. « Trop facile grâce à ton physique », me direz-vous. Et je le conçois parfaitement. Seulement ce n’est pas tout, il existe une tactique que j’ai trouvée à mes dépends : les traiter comme des moins que rien, m’asseoir sur leur dignité, roter, chanter du Miley Cyrus, leur dire que je déteste et trouve sale ce qui a attrait au sexe, et clairement leur avouer que je n’aime que les prépubères. Moi qui pensais y échapper, j’écope donc souvent d’un « toi j’aimerais te connaître davantage », meaning « tu es trop chou et intelligente et belle pour me servir de toi comme d’une poupée gonflable, je voudrais t’épouser » (je compte tester la technique sur Justin Bieber, CROISONS LES DOIGTS)

Ok ça veut peut être dire « Mazette, tu vas être pénible à pecho, tu seras donc mon challenge et je finirai par te fourrer à l’arrière d’une buick ». Dans ce cas, je peux me servir de lui comme d’une carpette pour finalement ne rien lui offrir à la fin. I’m a monster.

In any case, je ne me fais JAMAIS avoir et je ne finis pas en pleurs.

Alors les amies, si vous comptez pecho du mâle, oubliez les expressions vantardes comme « moi je préfère les gros gourdins, je n’ai pas de gode ». N’oubliez pas qu’un jour vous aurez « les grandes draperies » et qu’à ce rythme c’est à 37 ans que vous les découvrirez. Si vous devez cacher que vous apprécier le garçon en question, ce n’est pas derrière la dépravation que vous devriez le faire. A moins que, TELLE UNE HEMEROCALLE, vous ne souhaitiez durer qu’une nuit. Conclusion : Investissez donc dans un sex toy.

PS : Un jour j’écrirai sur quelque chose que j’aime, je vous jure.